Sécurité des États et respect des droits humains



Les craintes d'attaques terroristes, les conflits identitaires entre citoyens « de souche » et nouveaux arrivants, et la montée d'un populisme politique anti-immigration ont fait de la sécurité un enjeu prioritaire pour les pays européens.

Malheureusement, cela se fait souvent au détriment des droits de la personne les plus élémentaires des migrants, qui cherchent à s'installer en Europe mais sont refoulés dans des camps frontaliers, où le « transit » se transforme très souvent en situation permanente.

Ces connaissances devraient amener les pays d'accueil à contribuer davantage au respect de ces droits et au bien-être des migrants.

Les travaux d'Abdelwahed Mekki-Berrada, chercheur au Département d'anthropologie de l'Université Laval, montrent que les femmes sont particulièrement victimes de cette situation difficile, qui mène souvent à une grande détresse émotionnelle. Grâce à la production de données empiriques, ses recherches permettent de mieux comprendre que les politiques européennes en matière de sécurisation de l'immigration sont directement liées à la détresse émotionnelle des femmes subsahariennes bloquées au Maroc, ou qui décident d'y élire domicile. Pour le chercheur, ces travaux soulignent la nécessité de créer une anthropologie de la sécurisation qui montrerait que le déséquilibre entre la sécurité des États et le respect des droits humains existe au détriment des migrants au statut précaire.

Ces connaissances devraient amener les pays d'accueil à contribuer davantage au respect de ces droits et au bien-être des migrants. Cela signifie notamment que l'on investisse massivement dans des programmes de recherche-intervention-évaluation qui soient culturellement sensibles, que l'on se montre vigilant face au paradigme sécuritaire et que l'on soit à l'écoute des besoins des personnes migrantes et de leurs sociétés d'accueil. Ces travaux ont notamment fait l'objet d'un chapitre dans l'ouvrage collectif Droits et cultures en mouvements et de conférences présentées au Québec, à Toronto et à Londres. D'autres publications, conférences publiques et projets de recherche sont en cours d'élaboration.