Renoncer au milieu du crime



Qu'est-ce qui amène un délinquant à quitter le monde du crime ? Une récente étude menée par Frédéric Ouellet, chercheur en criminologie à l'Université de Montréal, montre que le niveau de réussite dans une carrière criminelle aurait un impact sur cette décision et sur le succès de la réinsertion sociale.

Les approches de réinsertion sociale auraient avantage à être personnalisées en fonction du parcours et des motivations des contrevenants.

Entre 2015 et 2017, le chercheur a recueilli 27 récits de vie auprès de personnes qui avaient commis des crimes pour empocher de l'argent, comme le trafic de drogues et le vol. Il a aussi établi un calendrier des événements qui ont marqué la vie des contrevenants depuis l'enfance (mariage, maladies, arrestations, etc.). Le tout lui a permis de découvrir les motivations qui poussent à se désister du milieu criminel. 

Trois profils de répondants se sont dégagés des résultats. Le premier groupe se compose de gens dont l'activité criminelle générait en moyenne 36 000 dollars par année et qui avaient souvent séjourné en prison. Ceux-ci quittaient le monde du crime parce qu'ils en avaient assez de ce style de vie difficile qui, au final, leur rapportait peu. Ils avaient baigné dans le crime pendant dix ou quinze ans et se percevaient eux-mêmes comme des criminels. Peu scolarisés, il leur était plus difficile de trouver un emploi.

Les deux autres groupes avaient moins souvent été victimes d'arrestation et affichaient des revenus respectifs moyens de 90 000 et 200 000 dollars par an. Ceux-là abandonnaient le crime en raison de frustrations, comme l'impossibilité de dépenser leur argent comme ils le voulaient et d'afficher leur réussite. Le deuxième groupe accordait beaucoup d'importance à l'argent, alors que le troisième carburait plutôt aux défis. 

Ces profils suggèrent que les approches de réinsertion sociale auraient avantage à être personnalisées en fonction du parcours et des motivations des contrevenants, afin de favoriser plus efficacement l'abandon définitif de leur carrière criminelle.