Redécouvrir nos origines et notre patrimoine culturel



Au Québec, les bibliothèques de nombre d'institutions universitaires, religieuses et culturelles regorgent d'écrits anciens datant des 16e, 17e et 18e siècles. Malheureusement, beaucoup de ces écrits sont inconnus non seulement du grand public, mais aussi des chercheurs, puisqu'ils ne sont même pas répertoriés. Afin de rendre ce riche patrimoine culturel accessible aux Québécois, Claude La Charité, de l'Université du Québec à Rimouski et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire littéraire, dirige une équipe de chercheurs qui appartiennent aussi à la Chaire de recherche du Canada en rhétorique et au Cercle interuniversitaire d'études sur la République des Lettres, et a entrepris avec eux de faire un inventaire exhaustif de tous les documents imprimés au Québec avant 1800. On entend par « documents imprimés » l'ensemble des ouvrages publiés en plusieurs exemplaires, à des fins de diffusion. Les documents manuscrits, dont le propre est de n'exister qu'en un seul exemplaire, ne sont donc pas couverts par cette définition.

Ce projet de recherche a mené au développement d'un catalogue unique où sont centralisées toutes les notices des imprimés recensés.

Depuis 2004, des étudiants des cycles supérieurs de l'Université du Québec à Rimouski et de l'Université du Québec à Trois-Rivières sillonnent le Québec afin de colliger l'information nécessaire au recensement de ces documents. Cette information, qui porte notamment sur l'édition, le format et le(s) propriétaire(s) de l'ouvrage, leur permet de préparer les notices bibliographiques qui constituent l'inventaire. Les chercheurs ont fait appel à l'expertise en bibliothéconomie et en livres anciens de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), afin d'orienter les étudiants dans leurs démarches. Ce projet de recherche a mené au développement d'un catalogue unique où sont centralisées toutes les notices des imprimés recensés. Celui-ci est maintenant accessible sur la plateforme virtuelle Aleph du réseau de l'Université du Québec.

À plus long terme, cet important projet de recherche a pour objectif de dresser un portrait fouillé de la culture lettrée au Québec et de sensibiliser les instances gouvernementales et privées à la question de la préservation des ouvrages anciens. En effet, un rapport du ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine insistait dès 2001 sur le fait que « les inventaires, registres et répertoires demandent à être revalorisés comme outils de connaissance ». Les chercheurs espèrent que leurs travaux permettront de mieux documenter la circulation des livres avant le 19e siècle, afin notamment de mieux connaître les réseaux de savoir développés dans les anciennes institutions d'enseignement, mais aussi les préoccupations qui ont animé l'histoire intellectuelle depuis l'époque de la Nouvelle-France. Le projet devrait ainsi contribuer grandement à l'accroissement et au raffinement des connaissances historiques et culturelles sur la Nouvelle-France, et permettre aux Québécois de mieux connaître et de mieux comprendre leurs origines et leur patrimoine.