Promouvoir le développement d'enfants victimes de maltraitance



La maltraitance parentale a des effets dévastateurs sur le développement de l'enfant. Depuis quelques années, les thérapies orientées sur les relations parent-enfant ont la cote, mais très peu de ces programmes ont été évalués sur une base scientifique.

Le Centre d'étude sur l'attachement et la famille, dirigé par Ellen Moss de l'Université du Québec à Montréal, a effectué la première évaluation du Programme en intervention relationnelle, un programme d'intervention de courte durée (8 à 10 semaines) fondé sur la théorie de l'attachement et conçu pour les enfants maltraités et leurs parents. Une des particularités de ce programme, c'est qu'il vise à renforcer les comportements de sensibilité des parents par la rétroaction vidéo. Cette étude a été menée auprès de 80 enfants de 0 à 5 ans et de leurs mères après que celles-ci aient fait l'objet d'un signalement pour mauvais traitements à la Protection de la jeunesse. Elle a été réalisée en collaboration avec l'organisme Stratégie nationale pour la prévention du crime du gouvernement du Canada, le ministère de la Sécurité publique du Québec et les centres jeunesse d'une région du Québec.

Les résultats de cette recherche révèlent qu'au terme de huit séances d'intervention, les parents qui participent à ce programme d'intervention sont plus sensibilisés au problème que ceux qui ont seulement reçu les services habituels de la Protection de la jeunesse. Cette recherche montre aussi que cette intervention a entraîné chez l'enfant un accroissement de son développement moteur, une augmentation des comportements d'attachement sécurisant et une diminution des comportements d'attachement insécurisant désorganisé. Par ailleurs, on a aussi observé une diminution des problèmes de comportement chez les enfants plus âgés qui faisaient partie de l'échantillon.

Compte tenu de la rareté des ressources disponibles, les programmes de courte durée axés sur les comportements parentaux apparaissent comme une option particulièrement intéressante, car ils entraînent rapidement des changements très positifs à la fois sur le comportement du parent et sur la sécurité d'attachement de l'enfant.

Équipe

Centre d'étude sur l'attachement et la famille

Directrice

Ellen Moss, Université du Québec à Montréal

Membres réguliers

  • Annie Bernier, Université de Montréal
  • George Tarabulsy, Université Laval
  • Réjean Tessier, Université Laval
  • Diane St-Laurent, Université du Québec à Trois-Rivières