Portrait personnel, familial et scolaire des jeunes adultes émergents (16-24 ans) accédant aux secteurs adultes du secondaire : identification des facteurs associés à la persévérance et à l'abandon au sein de ces milieux scolaires



Bien que le Québec ait grandement amélioré son taux de scolarisation au cours du dernier demi-siècle, près de 250 000 jeunes de moins de 25 ans figurent toujours au tableau des décrocheurs.

Plusieurs réussissent cependant à se qualifier à la formation générale des adultes (FGA), mais nombreux sont ceux qui délaissent de nouveau les bancs d'école… toujours sans diplôme. Dans le but de mieux cerner les mécanismes favorisant la réussite, le maintien ou l'échec d'une démarche de « raccrochage » et d'obtention d'un premier diplôme, nous avons mené une étude novatrice qui explore et documente la situation des jeunes de 16 à 24 ans qui s'inscrivent à la FGA.

Ces jeunes forment un groupe hétérogène où les apprenants ont des profils et des besoins distincts.

Globalement, nos résultats montrent que ces jeunes forment un groupe hétérogène où les apprenants ont des profils et des besoins distincts. L'analyse indique toutefois que les jeunes femmes y sont plus vulnérables que les hommes, tant sur le plan personnel (dépression, détresse, etc.) que familial (abus, instabilité, etc.). Il ressort aussi que le passage des jeunes en formation générale des adultes est vécu comme une expérience positive et significative dans leur trajectoire scolaire souvent ponctuée d'échecs.

En soutien au travail magistral en cours dans ces milieux, cette étude met en lumière l'importance de recentrer l'attention des acteurs sur le phénomène du « raccrochage », tout en revalorisant ces milieux d'enseignement et leur rôle de tremplin vers d'autres formations ou le marché du travail. Au-delà d'une réflexion novatrice visant à optimiser le potentiel de la FGA-FP, nous appelons à un financement récurrent afin que tous ces centres de formation se dotent de services professionnels complets. Nous suggérons également de maintenir la suprématie de l'enseignement individualisé et de mettre en place des mécanismes sensibles pour repérer les jeunes en difficulté dès leur admission, en plus de nouvelles activités formatives visant le développement identitaire et les habiletés de gestion de soi.

Chercheure principale

Julie Marcotte, Université du Québec à Trois-Rivières

Résumé

Rapport de recherche

Appel de propositions

Dépôt du rapport de recherche : août 2010