Partir... vers la grande ville



Le déclin démographique représente une préoccupation majeure pour plusieurs régions du Québec. Par exemple, en 2009, le Saguenay–Lac-Saint-Jean affichait de nouveau un solde migratoire interrégional négatif, et on constate que ce sont majoritairement les jeunes qui partent vivre ailleurs. 

Martin Simard, professeur-chercheur au Département des sciences humaines de l'Université du Québec à Chicoutimi, a mené une recherche afin de mieux comprendre les liens qui existent entre les représentations spatiales et les intentions migratoires chez les jeunes Saguenéens.

Montréal est surtout réputée pour ses aspects négatifs qui sont le propre d'une grande ville, alors que Québec est perçue comme une ville attrayante et de taille humaine.

En suivant une démarche qui s'inspire de l'écologie sociale et à l'aide de sondages et d'entrevues, le chercheur a constaté qu'un grand nombre de jeunes se disent peu ou pas attachés à leur lieu de résidence. Cela expliquerait que plusieurs d'entre eux songent à migrer vers des villes plus grandes, perçues comme l'endroit idéal pour réaliser leurs aspirations. Cependant, aux yeux des jeunes Saguenéens, la dimension urbaine peut aussi être associée à des représentations négatives et le degré d'attractivité varie beaucoup d'une ville à l'autre.

Par exemple, Montréal est surtout réputée pour ses aspects négatifs qui sont le propre d'une grande ville — densité de la circulation automobile, sentiment d'insécurité, stress… —, alors que Québec est perçue comme une ville attrayante et de taille humaine — environnement sécuritaire, proximité de la nature, possibilité de trouver un emploi, de se livrer à des loisirs et de poursuivre ses études, etc.

Les statistiques illustrent d'ailleurs ces perceptions : en 2009, 32,3 % des personnes qui ont quitté Saguenay ont choisi de s'établir à Québec, alors que 14,6 % ont opté pour Montréal.

Les résultats de cette recherche contribuent à une meilleure compréhension de la migration des jeunes, laquelle a un impact majeur sur l'aménagement du territoire, de même que sur la vitalité socioculturelle et le développement d'une région.