Mesurer l'apport unique de l'adhésion à la culture des gangs de rue à l'explication des conduites délinquantes chez les adolescents et les hommes contrevenants



L'apport disproportionné aux taux de criminalité des membres des gangs de rue est, nul doute, une proposition empirique robuste.

De nombreuses études ont conclu que l'association aux gangs de rue est un facteur de risque supplémentaire à celui que constitue déjà la fréquentation de pairs délinquants au nombre des meilleurs prédicteurs de la délinquance avec les antécédents criminels et les traits antisociaux de la personnalité. Pourtant, la contribution spécifique de l'association aux gangs de rue à l'explication de la délinquance est largement méconnue. Au nombre des variables les plus souvent citées pour l'expliquer figure néanmoins le concept de l'adhésion à la culture de gang qui n'a toutefois jamais été spécifiquement opérationnalisé.

La contribution de l'association aux gangs de rue à l'explication de la délinquance est largement méconnue.

Le but de la thèse est d'étudier la contribution spécifique de l'adhésion d'un contrevenant à la culture des gangs de rue à l'explication de la délinquance. Plus précisément, elle a comme objectifs de définir la culture des gangs de rue, d'opérationnaliser l'adhésion à la culture des gangs de rue, d'examiner la fidélité de la mesure de l'adhésion à la culture de gang et d'étudier sa relation avec la nature, la variété et la fréquence des conduites délinquantes de contrevenants placés sous la responsabilité des centres jeunesse et des services correctionnels du Québec. Trois articles scientifiques, auxquels un chapitre régulier est joint, ont servi la démonstration de la thèse.

Malgré ses limites, la thèse contribuera significativement aux développements des bases d'un nouveau modèle explicatif de l'influence de l'association aux gangs de rue sur les conduites des personnes. La Mesure de l'adhésion à la culture de gang (MACg) pourra aussi servir à l'évaluation des risques des hommes contrevenants placés sous la responsabilité du système de justice pénale et à l'amélioration de la qualité des interventions qui leur sont dédiées.

Chercheure principale

Chantal Fredette, Université de Montréal

Thèse

Appel de propositions

Dépôt de la thèse : mai 2015