Les troubles de comportement ne sont pas réservés aux garçons



Les filles qui ont des troubles de comportement durant l'enfance courent un risque élevé de connaître plus tard une suite d'événements négatifs qui auront un impact sur leurs relations interpersonnelles, sur leur santé, et sur leur insertion scolaire et sociale. Or, en raison de la prévalence relativement faible des troubles précoces de comportement chez les filles, il y a encore peu d'information sur les caractéristiques de ces filles et sur la pertinence de l'aide dont elles bénéficient.

Les travaux menés par l'Équipe de recherche sur les difficultés de comportement des jeunes, dirigée par Jean Toupin de l'Université de Sherbrooke, et qui portent sur plus de 650 élèves de six à neuf ans issus de milieux défavorisés ont montré qu'à difficultés de comportement similaires, de trois à quatre fois moins de filles que de garçons reçoivent des services éducatifs complémentaires. D'autres travaux ont révélé que les filles qui bénéficient de services spécialisés pour troubles du comportement au primaire connaissent des difficultés plus graves que celles des garçons. Menée auprès de 510 élèves, cette étude longitudinale met aussi en évidence que les filles sont souvent exposées à des risques plus élevés que les garçons à l'école et dans la société, bien que l'intensité des services scolaires reçus soit la même dans les deux cas.

Enfin, des recherches de l'Équipe ont aussi porté sur l'évaluation d'un programme cognitivo-comportemental destiné à des adolescentes qui sont hébergées dans un centre jeunesse. Les effets probants de ce type de programme sur les difficultés de comportement sont bien documentés, mais ce programme est presque exclusivement réservé aux garçons. Menée auprès de 319 filles, cette étude montre que le programme réduit de façon cliniquement significative les comportements violents des adolescentes et prouve donc l'importance de tenir compte des indicateurs qui sont sensibles aux différences de genres.

En somme, les travaux de l'Équipe contribuent à mieux comprendre jusqu'à quel point les besoins des filles sont spécifiques et exigent un ajustement des programmes et des services.

Équipe

Équipe de recherche sur les difficultés de comportement des jeunes

Directeur

Jean Toupin, Université de Sherbrooke

Membres réguliers

  • Marc Bigras, Université du Québec à Montréal
  • Michèle Déry, Université de Sherbrooke
  • Nadine Lanctôt, Université de Sherbrooke
  • Jean-Pascal Lemelin, Université de Sherbrooke
  • Daniel Paquette, Université de Montréal
  • Pierrette Verlaan, Université de Sherbrooke