Les Conventions de partenariat dans le système d'éducation québécois : une évaluation pansystémique de l'implantation et des effets



L'adoption du projet de Loi no 88, en octobre 2008, établissait pour les commissions scolaires et les écoles, des méthodes de gestion issues de la Gestion axée sur les résultats selon une approche contractuelle de partenariat entre le ministre et la commission scolaire (convention de partenariat), et entre la commission scolaire et ses établissements (convention de gestion et de réussite éducative).

Ces conventions précisaient l'engagement de chaque palier à contribuer à la réalisation des buts fixés par le ministre et d'objectifs mesurables.

Plusieurs enjeux, tensions et interrogations émanent des nouvelles orientations et pratiques adoptées dans la Loi 88.

Plusieurs enjeux, tensions et interrogations émanent des nouvelles orientations et pratiques adoptées dans la Loi 88, notamment, le choc des valeurs entre, d'une part, une vision à connotation économique et visant l'efficacité de production de l'école et, d'autre part, une vision plus écologique de l'établissement scolaire, considéré comme un milieu de vie destiné à l'épanouissement des individus et des collectivités.

Le présent projet vise la formation d'une équipe en émergence autour du thème des conventions de partenariat dans la perspective de l'évaluation pansystémique de son implantation et de ses effets selon les deux axes suivants : 1. l'analyse des fondements et des processus de planification et de gestion liés aux nouvelles orientations et pratiques; 2. l'appréciation des effets des nouvelles orientations et pratiques.

La structuration de l'équipe s'est effectuée autour des activités suivantes : la constitution d'un portail informatique traitant de la Gestion axée sur les résultats en éducation regroupant plus de 500 documents selon une structure organisée, l'analyse de la conformité des conventions de partenariat produites par les Commissions scolaires, l'évaluation de leur implantation selon le modèle de Love (2004), la mise en place d'un projet pilote d'intégration des innovations, les laboratoires de changement selon la Théorie sociohistorique de l'activité (Engeström, 1996).

Chercheur principal

Denis Savard, Université Laval

Résumé

Rapport de recherche

Appel de propositions

Dépôt du rapport de recherche : août 2014