Le voile, un symbole complexe



Étroitement associé à l'islam, le port du voile est souvent perçu comme un signe d'oppression de la femme.

Les travaux de Carly Daniel-Hughes, du Département de religion de l'Université Concordia, montrent que ce symbole vestimentaire a pourtant un historique complexe et des significations multiples. La chercheure s'est attardée au port du voile par les femmes au début du christianisme, soit du premier au quatrième siècle de l'ère commune. Contrairement à cette coutume dans l'islam, le port du voile dans le christianisme a peu été étudié. Il est pourtant très révélateur.

Le port du voile existe depuis les débuts de la chrétienté, mais n'a pas toujours fait l'unanimité.

Les travaux de Carly Daniel-Hughes témoignent de l'importance des codes vestimentaires dans la communication des croyances religieuses, de même que de leur rôle dans la formation de l'identité chrétienne, notamment par rapport au reste de la société romaine de l'époque. Le port du voile existe depuis les débuts de la chrétienté, mais n'a pas toujours fait l'unanimité. Il suscite déjà des discussions à l'intérieur de cette communauté religieuse en construction. Ces débats aident à comprendre le lien entre le code vestimentaire et la religion à notre époque, au Québec et au Canada. Les travaux de la chercheure montrent bien que l'habillement n'a pas une signification unique (comme l'oppression), mais multiple et polyvalente, en fonction du contexte.

L'habillement communique une série de valeurs et peut constituer une manière pour les femmes, notamment celles qui sont issues de minorités ethniques, d'assumer leurs identités complexes (ethniques, politiques, religieuses). Ces recherches ont fait l'objet de deux ouvrages et de plusieurs conférences prononcées au Canada, aux États-Unis et en Italie.