La littérature jeunesse au siècle des Lumières



La littérature jeunesse joue depuis des siècles un rôle important dans l'éducation des jeunes. Toutefois, elle a beaucoup évolué et s'est retrouvée au centre de nombreux débats. Au siècle des Lumières (1750-1800), la population des villes s'accroît à la faveur d'un exode rural, et les femmes et les enfants sont de plus en plus relégués aux tâches ménagères. Le livre devient alors un outil de transmission des savoirs qui, auparavant, étaient acquis par l'expérience.

L'image imprimée et la littérature jeunesse ont contribué de manière significative à la création du monde tel que nous le connaissons aujourd'hui.

Nikola Von Merveldt, professeur-chercheur à l'Université de Montréal, s'est intéressé à la circulation et à la vulgarisation des savoirs qui touchent l'histoire naturelle, notamment par l'image imprimée dans la littérature jeunesse au siècle des Lumières, en Europe. En établissant des liens entre les livres destinés aux jeunes et le contexte sociohistorique dans lequel ils sont créés et utilisés, le chercheur a démontré que cette littérature doit être étudiée dans l'environnement médiatique plus large de son époque. Ainsi, plutôt que de céder à la tentation – très présente en études littéraires – d'isoler le texte et les illustrations, il a privilégié une approche interdisciplinaire inspirée de l'histoire du livre. 

Grâce à cette approche, il a pu constater que l'image imprimée et la littérature jeunesse ont contribué de manière significative à la création du monde tel que nous le connaissons aujourd'hui, notamment en assurant la vulgarisation et la circulation des savoirs scientifiques, historiques, socioculturels et moraux qui avaient cours à l'époque des Lumières. Ces travaux replacent notre culture multimédia dans une perspective historique, en soulignant les liens originels avec le siècle des Lumières, au cours duquel se sont formées les structures primaires de nos sociétés du savoir.