La fibre artistique des robots



La performance artistique de robots peut-elle soulever des réflexions et des émotions chez les personnes qui y assistent ? Comment mettre en scène les robots de façon à susciter l'empathie chez les spectateurs ? Par l'intermédiaire de ses œuvres, Bill Vorn, chercheur en arts électroniques à l'Université Concordia, élargit les connaissances touchant l'art robotique et la compréhension des relations entre les humains et les machines, et ce, à un moment où ces échanges deviennent de plus en plus fréquents.

Bill Vorn élargit les connaissances touchant l'art robotique et la compréhension des relations entre les humains et les machines.

Dans le spectacle Inferno, produit en collaboration avec l'artiste en arts électronique Louis-Philippe Demers, Bill Vorn explore l'interaction de l'humain avec la machine. Les spectateurs sont invités à revêtir un exosquelette robotisé, capable de prendre le contrôle partiel de leurs mouvements. Ils réalisent donc eux-mêmes la performance artistique, avec des gestes en partie imposés par l'exosquelette. Cette étude a montré qu'après avoir surmonté une réticence initiale, les participants prenaient plaisir à faire corps avec la machine et à se laisser diriger par elle.

L'œuvre Copacobana Machine Sex consiste pour sa part en performances de danse offertes entièrement par des robots, à la manière d'un cabaret musical. Les robots ont des formes rappelant l'humain ou l'animal, quoique de manière abstraite. Le défi : amener les spectateurs à oublier qu'il s'agit de robots et à laisser leur imaginaire s'enflammer. La musique et la mise en scène constituent des instruments complémentaires de prédilection pour en arriver à ce que les mouvements des robots créent de l'émotion chez les participants.

Ces recherches-créations inspirent la communauté artistique et ont une portée mondiale. Par exemple, un an après la représentation d'Inferno dans une école d'art de Beijing, celle-ci s'était déjà dotée d'un cours de robotique. La richesse de ces projets, finalement, tient surtout à la réception des œuvres par les spectateurs, foisonnante d'enseignement pour les chercheurs-créateurs. 

Pour des images et vidéos : http://www.billvorn.com