L'évaluation d'impact sur la santé et le bien-être des prestataires de sécurité du revenu des services intégrés de sécurité du revenu et d'emploi



Les politiques d'activation, qui combinent l'assistance financière de dernier recours et l'aide à l'emploi, engendrent des conséquences pour la santé et le bien-être des populations déjà fortement défavorisées.

Des interventions personnalisées peuvent être d'un grand soutien si elles mènent à un emploi de relativement bonne qualité. Par contre, elles peuvent aussi représenter un fardeau de plus ou comporter des obligations punitives, sans pour autant être d'une grande efficacité par rapport à l'insertion en emploi. Dans ce cas, elles peuvent rendre une existence déjà désavantagée et complexe sur le plan psychosocial encore plus pénible, et avoir des incidences importantes sur le niveau de stress chronique, exacerber une tendance vers l'isolement et vers des comportements malsains, ainsi qu'engendrer des conséquences sur le plan de la dignité de la personne.

Des interventions personnalisées peuvent être d'un grand soutien si elles mènent à un emploi de relativement bonne qualité.

Quel est l'impact de la participation, parfois répétée, aux mesures d'activation sur la santé et le bien-être de ces personnes? Le fait même d'être prestataire d'assistance est mauvais pour la santé, et les effets augmentent avec le temps. Ces effets sont liés à la pauvreté profonde, au fait de vivre au bas de l'échelle dans une société riche, d'être marginalisé ou exclu et d'avoir le sentiment d'être inutile. Des prestations adéquates sont minimalement nécessaires pour soutenir la santé, en plus d'autres politiques sociales et économiques agissant pour prévenir la polarisation sociale et pour favoriser l'inclusion de tous, y compris l'accès à l'emploi non précaire.

Enfin, une formation technico-administrative n'est pas suffisante pour assurer la qualité des interventions puisque les intervenants doivent interpréter la situation globale des personnes vivant des conditions de vie complexes, offrir une réponse appropriée à une situation de crise et un soutien continu et adapté. Le manque de formation professionnelle en intervention peut avoir, à moyen et à long terme, des conséquences lourdes sur le parcours de vie et la santé et le bien-être de cette population déjà vulnérable.

Chercheure principale

Deena White, Université de Montréal

Rapport de recherche

Annexes

Appel de propositions

Dépôt du rapport de recherche : juillet 2011