Favoriser le développement des enfants



Chaque année, au Québec, des enfants sont victimes de mauvais traitements. Les recherches récentes du Groupe de recherche et d'action sur la victimisation des enfants, dirigé par Marie-Andrée Poirier de l'Université de Montréal, montrent d'ailleurs que la situation est probablement pire que ce que l'on avait cru jusqu'ici.

Depuis plus de quinze ans, ce Groupe rassemble des chercheurs, des gestionnaires et des intervenants qui s'intéressent à la protection des enfants et à leur bien-être en vue de favoriser leur développement optimal. L'équipe réalise des projets d'implantation et d'évaluation d'innovations sociales, ainsi que des recherches en épidémiologie.

L'épidémiologie sociale a notamment contribué à mettre en lumière l'ampleur et l'évolution de la victimisation à l'endroit des enfants au Québec. Des chercheurs ont réalisé deux enquêtes provinciales en 1999 et en 2004 auprès de plus de 3 000 familles. Les résultats ont révélé qu'un enfant sur quinze subit de la violence grave au cours d'une année, un taux plus de dix fois supérieur à celui observé dans les services de protection de la jeunesse.

D'autres travaux d'envergure sont en cours afin de connaître et de comprendre les trajectoires de victimisation chez les enfants et leur impact sur leur santé mentale. Une étude sur la polyvictimisation des enfants et des jeunes, c'est-à-dire sur les multiples expériences de victimisation (par exemple, mauvais traitements, intimidation, abus sexuel), est actuellement en cours auprès de 2 800 jeunes. Elle permettra de documenter, pour la première fois au Québec, les épisodes de victimisation vécus dans la famille, à l'école et dans la communauté. Ces travaux novateurs rendent possible l'étude autrefois isolée des diverses formes de victimisation (maltraitance, exposition à la violence, voies de fait, intimidation, crimes sexuels, etc.) et des endroits où ces méfaits se produisent (école, famille, voisinage…).

Les travaux de ces chercheurs sont particulièrement utiles pour surveiller la victimisation à l'échelle de la province et pour comprendre ce phénomène en identifiant les facteurs de risque et l'impact des mauvais traitements imposés aux jeunes.

Équipe

Groupe de recherche et d'action sur la victimisation des enfants

Directrice

Marie-Andrée Poirier, Université de Montréal

Membres réguliers

  • Claire Chamberland, Centre Jeunesse de Montréal
  • Marie-Ève Clément, Université du Québec en Outaouais
  • Louise Cossette, Université du Québec à Montréal
  • Annie Devault, Université du Québec en Outaouais
  • Diane Dubeau, Université du Québec en Outaouais
  • Sarah Dufour, Université de Montréal
  • Gilles Forget, Direction de la santé publique, Mtl-Centre
  • Ghaida Hassan, Université du Québec à Montréal
  • Sonia Hélie, Centre Jeunesse de Montréal
  • Lise Laporte, Université McGill
  • Chantal Lavergne, Centre Jeunesse de Montréal
  • Louise Lemay, Université de Sherbrooke
  • Claire Malo, Centre Jeunesse de Montréal
  • Pauline Morissette, Université de Montréal
  • Nico Trocmé, Université McGill
  • Geneviève Turcotte, Centre Jeunesse de Montréal