Famille, réseaux et persévérance au collégial technique



Malgré une récente tendance à l'amélioration des taux de réussite au collégial, à peine moins de la moitié des nouveaux inscrits dans les programmes pré-universitaires et du tiers de ceux inscrits dans le secteur technique obtiennent leur diplôme dans les délais prévu.

Quels sont les effets de l'environnement scolaire et familial sur les parcours scolaires à cet ordre d'enseignement? Voilà ce que le projet Famille, réseaux et persévérance au collégial technique, seconde phase d'un projet ayant débuté en 2004, vise à comprendre.

Les jeunes qui réussissent le mieux au cégep sont ceux pouvant compter sur un réseau social.

À titre d'exemple, mentionnons que les réseaux sociaux des jeunes sont l'objet de recompositions massives et intenses lors des premiers mois d'études collégiales, et que ces recompositions prennent des formes différentes selon le secteur d'études. La famille, les amis et les connaissances jouent un rôle important dans la vie des cégépiens en général, et dans la réussite des études collégiales en particulier. Lors de l'entrée au cégep, nombreux jeunes sont tiraillés entre leur quête d'autonomie, d'un côté, et le besoin d'être soutenu par leur entourage, leurs parents notamment, de l'autre. Dans cette perspective, on ne s'étonnera pas d'apprendre que les jeunes qui réussissent le mieux au cégep sont ceux pouvant compter sur un réseau social qui appuie leur projet d'études et qui les soutient, tout en respectant leur besoin d'autonomie.

Le projet Famille, réseaux et persévérance au collégial technique, qui comportait un important volet de transfert des résultats, a rejoint un éventail large des membres du personnel des établissements d'enseignement, des étudiantes et étudiants, mais aussi, fait encore inusité, leurs parents.

Chercheur principal

Sylvain Bourdon, Université de Sherbrooke

Résumé

Rapport de recherche

Appel de propositions

Dépôt du rapport de recherche : février 2011