Étudiante-chercheure étoile Septembre 2012



Elizabeth Maynard

Étudiante au doctorat en histoire de l'art
Université McGill


Publication primée : Profound Absences: Genital Lack and Masculine Anxiety in Paul Richer's ‘Des différents modes de station chez l'homme sain'

Publiée dans : The International Journal of the Book, vol. 8, no. 4; Décembre 2011
 

Résumé

« Pendant la crise de la masculinité de la fin du XIXe siècle en France, les représentations artistiques et médicales du corps humain ont été mises au service de la santé sociale. Le présent article porte sur les illustrations du septième volume de l'ouvrage Nouvelle Iconographie de la Salpêtrière, en particulier celles du chapitre de Paul Richer sur le corps de l'homme en santé intitulé "Des différents modes de station chez l'homme sain". Bien que le chapitre porte sur le corps masculin idéal, le pénis n'est représenté dans aucune des illustrations. Dans cet article, j'aborde les précédents médicaux, classiques et populaires de ces images afin de démontrer que cette absence témoigne de l'anxiété propre à cette époque associée aux classes, à la sexualité et à l'impossibilité de représenter le corps masculin idéal. »

L'analyse d'images médicales incarnant explicitement la santé et la masculinité est une composante essentielle du projet d'égalité entre les sexes, car les sociétés s'en remettent souvent aux médecins pour établir les critères de normalité. Cette omission volontaire relevée dans des images scientifiques du corps masculin « sain » met en évidence les problèmes inhérents à la représentation du corps masculin idéal. Dans son article, Elizabeth Maynard affirme également que l'incapacité de la communauté médicale française du XIXe siècle à représenter un corps « normal » en entier démontre que ce concept n'est qu'illusion. L'analyse critique de textes et d'images historiques faisant autorité permet de reconnaître la misogynie, l'homophobie, le racisme et le classisme sous-jacents et de combattre plus facilement ces préjugés dans notre propre société, préjugés qui peuvent être véhiculés sous le couvert de vérités scientifiques.