Étudiante-chercheure étoile Octobre 2014



Louise Boisclair

Stagiaire postdoctorale en communication
Université de Montréal


Publication primée Du souffle interfacé au déLIRE : BrainStorm de Jean Dubois

Publiée aux : Presses universitaires de Pau et des Pays de L'Adour
 

Résumé

« Avec l'analyse de BrainStorm, ce chapitre d'une revue française internationale d'esthétique contribue à l'avancement des connaissances multidisciplinaires (phénoménologie, neurophysiologie et sémiotique). Bien que les effets technesthésiques, impact de la technologie sur la perception (Couchot, 1998, 8), sont davantage connus, rarement ont-il donné lieu à une analyse détaillée. Des sémioticiens, historiens de l'art et chercheurs en communications, ont examiné le rôle de l'interacteur, les modalités scénographiques et les figures interactives ou documenté certains effets, dont la taille de l'écran et l'image 3D. Trop peu cependant ont analysé l'impact de ces dispositifs sur la perception du corps ‘in operans'. Encore aujourd'hui la phénoménologie et la sémiotique font trop souvent ‘chambre à part'. Cette démarche heuristique met de l'avant l'expérimentation directe à 1ère personne et l'observation participative qui repose sur la description phénoménologique pragmatique (Depraz, 2006) à laquelle s'enracine l'analyse sémiotique d'allégeance peircéenne des signes, figures et effets. »

Le projet de Louise Boisclair se démarque par la pertinence des questions de recherche, l'excellence des analyses du corpus dont BrainStorm, l'efficacité des trois étapes expérientielles (en écho au modèle triadique de Peirce) et l'originalité de la procédure d'expérimentation, d'observation, de description et d'interprétation. Plus spécifiquement pour l'histoire de l'art, BrainStorm constitue une démonstration détaillée du nouveau paradigme esthétique plus expérimental que contemplatif. Pour la culture québécoise, la diffusion à l'international constitue un atout incontestable. Enfin, pour le visiteur d'art interactif, cette démarche encourage à devenir un « participant chercheur » en mesure de redéfinir l'expérience esthétique.