Étudiant-chercheur étoile Juin 2013



Jules Racine St-Jacques

Étudiant au doctorat en histoire
Université Laval


Publication primée : L'honneur et la foi. Le droit de résistance chez les réformés français (1536-1581)

Publiée dans : Librairie Droz
 

Résumé

« Dans cet ouvrage, j'aborde un thème classique de l'histoire des idées: le problème théologico-politique de la résistance légitime au roi irréligieux. Selon les historiens des guerres de religion en France, le massacre de la Saint-Barthélemy (massacre de protestants à Paris en 1572) aurait entraîné l'abandon du courant de pensée calviniste qui prescrivait les sujets du roi à la stricte obéissance politique. Cela aurait ainsi ouvert la porte à une pensée que l'histoire a retenue sous le nom de « théorie monarchomaque de la résistance » défendant et encadrant le droit de s'opposer à la monarchie. Ma publication propose de reconsidérer les éléments de rupture et de continuité dans les idées politiques des calvinistes français durant les guerres de religion. J'y soutiens que si la Saint-Barthélemy marque bien un tournant dans l'élaboration de la pensée réformée, l'analyse des écrits légitimant les soulèvements de la noblesse protestante qui marquent les trois premiers épisodes de violence religieuse en France (1562-1570) fait voir que les penseurs dits « monarchomaques » reprennent globalement des idées qui circulaient déjà avant le massacre. Au mieux leur donnent-ils une forme plus achevée. »

À un moment où la mondialisation des échanges accentue le caractère multiculturel des sociétés, les travaux de Jules Racine St-Jacques démontrent que le thème de l'obéissance politique est encore particulièrement d'actualité. Au Québec, la récente crise des accommodements raisonnables a dévoilé toute la difficulté de concilier obéissance aux pouvoirs et fidélité à ses croyances religieuses et ce, malgré la rationalisation des rapports sociaux propre aux sociétés contemporaines. En tenant compte de cet exemple historique de neutralisation des questions religieuses au travers du prisme politique, cette étude permet de comprendre les fondements théoriques des débats sur la laïcisation de l'espace public qui ont cours aujourd'hui.