Des modèles pour optimiser les politiques publiques



La relation entre l'économie et l'environnement est parfois si complexe qu'elle rend ardue l'élaboration de politiques publiques. Charles Séguin, chercheur en économie à l'Université du Québec à Montréal, a développé des modèles économiques théoriques pour analyser ce type d'interactions et les a appliqués d'une part au contexte des changements climatiques et d'autre part à la gestion des lacs du Québec. 

Ses modèles ont surtout souligné l'impact de la coordination du travail des intervenants chargés de gérer les lacs.

Dans le cas des changements climatiques, le modèle de Charles Séguin permet d'estimer les délais d'action. Les résultats du chercheur indiqueraient que le seuil de concentration de gaz à effet de serre (GES) à partir duquel les perturbations deviennent irréversibles se situe entre 500 et 600 particules par million (PPM) de CO2. Puisque nous en sommes présentement à environ 400 PPM, ce modèle suggère qu'il est encore utile d'intensifier les efforts pour réduire les GES.

Dans le cas des lacs du Québec, Charles Séguin a utilisé des données recensées par le ministère de l'Environnement depuis le début des années 2000 et certaines caractéristiques des bassins versants, des lacs et des municipalités riveraines, pour mieux comprendre la dynamique de prolifération des cyanobactéries (algues bleues) dans certains plans d'eau. Ses modèles ont montré une plus grande vulnérabilité des lacs dont la profondeur est inférieure à 10 mètres. Ils ont surtout souligné l'impact de la coordination du travail des intervenants chargés de gérer les lacs, notamment les organismes responsables des bassins versants et les municipalités riveraines. Dès qu'un lac est entouré de plus d'une municipalité, le risque qu'il connaisse des épisodes de prolifération d'algues bleues augmente. Il semble plus ardu de contrôler les effets de l'activité agricole et des activités récréatives lorsque plusieurs acteurs en partagent la responsabilité. Ces résultats pourraient avoir des retombées concrètes sur l'élaboration de politiques publiques.