Des jeux de hasard et d'argent en détention? L'état de la situation dans les pénitenciers fédéraux du Québec



À la base, les jeux de hasard et d'argent (JHA) se révèlent pour la grande majorité des gens une activité ludique agréable.

On les associe effectivement aux loisirs, puisqu'ils répondent pratiquement aux mêmes besoins, dont la curiosité, le divertissement, la détente, la socialisation et la reconnaissance. En contrepartie, ils constituent tout de même un risque d'excès. Bien que personne ne soit vraiment à l'abri de la dépendance, les écrits scientifiques montrent que certains groupes se révèlent particulièrement à risque. Avec les personnes qui souffrent de troubles mentaux et toxicomaniaques, la population correctionnelle se trouve parmi les individus les plus susceptibles de présenter des problèmes liés au jeu pathologique. Or, si plusieurs études informent sur les habitudes de jeu précarcérales des hommes condamnés à l'emprisonnement, peu renseignent sur ce qu'il advient de cette pratique à l'intérieur des établissements de détention.

Malgré une interdiction formelle des services correctionnels, on reconnaît pourtant la présence des JHA en prison.

Malgré une interdiction formelle des services correctionnels, on reconnaît pourtant la présence des JHA en prison. Cependant, la plupart des études se contentent trop souvent de dresser un portrait purement descriptif des types de jeux et des formes de mises. Une meilleure compréhension de cette pratique intra-muros se révèle essentielle, ne serait-ce que si l'on tient compte de la proportion non négligeable de détenus aux prises avec une telle dépendance.

Cette thèse entend donc améliorer la compréhension de cette pratique dans les établissements de détention fédéraux du Québec, en se basant sur l'opinion et l'expérience de 51 hommes qui y sont incarcérés. Des entrevues qualitatives en français ont été effectuées avec des détenus québécois de plus de 18 ans, purgeant une peine d'emprisonnement minimale de vingt-quatre mois. Les résultats obtenus suite à des analyses thématiques sont répartis dans trois articles scientifiques.

En somme, les JHA demeurent généralement sans conséquence dans les établissements de détention québécois, puisque très peu de détenus semblent dépasser leurs limites et s'endetter. Les conflits entourant ces activités apparaissent surtout sous forme de querelles, suite à des doutes sur l'intégrité d'un joueur ou une défaite non assumée. Les événements violents, comme des règlements de compte, faisant suite à des dettes impayées se révèlent exceptionnels. Les résultats de cette thèse montrent également que certains joueurs pathologiques, malgré l'opportunité de s'adonner à des JHA, s'abstiennent ou cessent de miser au cours de leur incarcération. Ces dernières données permettent de réfléchir sur le concept de dépendance et sur les éléments prometteurs pour le traitement des joueurs problématiques incarcérés.

Chercheure principale

Valérie Beauregard, Université de Montréal

Thèse

Appel de propositions

Dépôt de la thèse : septembre 2012