De savoureux résultats



C'est en apercevant les poubelles débordantes d'assiettes jetables à moitié remplies de gâteaux à la sortie de la garderie de son fils que Diane Bisson, anthropologue et designer industriel à l'École de design industriel de l'Université de Montréal, a eu l'ingénieuse idée d'explorer la création d'assiettes, de contenants et d'ustensiles mangeables, dans une optique de réduction des déchets.

Son projet de recherche va bien au-delà de l'assiette biodégradable en carton : il est l'un des premiers à s'intéresser à la transformation des aliments en objets utiles. Pour réaliser cette recherche expérimentale, la chercheure a adopté une démarche de recherche-création et a utilisé la science de la transformation des matériaux, la science des aliments, le design et la gastronomie.

Une trentaine d'échantillons alimentaires ont alors été créés à partir de fruits, de légumes et de légumineuses.

« Une cinquantaine de recettes de base correspondant aux catégories texturales recherchées ont été remaniées et déclinées en plus de 400 essais en cuisine, afin d'atteindre la fonctionnalité technique souhaitée et de faire place à de nouvelles associations gustatives », explique la chercheure. En collaboration avec l'Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec, une trentaine d'échantillons alimentaires ont alors été créés à partir de fruits, de légumes et de légumineuses.

Ces contenants ont des formes variées, des couleurs attrayantes et des matières croustillantes, moelleuses et gélifiées, et présentent des saveurs inédites. Dans la foulée de ses travaux, Diane Bisson a publié le livre Comestible : l'aliment comme matériau et a tenu une exposition à Montréal en décembre dernier.

La chercheure présentera prochainement sa première collection de contenants et d'ustensiles mangeables. Elle entend aussi développer une pratique et une pédagogie du design alimentaire, compte tenu de l'engouement actuel pour les produits alimentaires transformés.