Ce qui se cache derrière les mots



Il n'y a pas que les mots qui aident les êtres humains à se faire comprendre de leurs interlocuteurs. Le ton, le rythme, l'accent et l'intonation – ou la modulation – transmettent aussi du sens et des émotions. C'est ce qu'on appelle la « prosodie ». L'intonation, par exemple, indiquera si notre interlocuteur pose une question ou lance une affirmation. Michael Wagner, chercheur à la Faculté de linguistique de l'Université McGill, s'intéresse à l'information révélée par la prosodie dans des langues différentes.

Les progrès sur le plan de la connaissance de la prosodie peuvent avoir des répercussions dans un grand nombre de domaines.

Comment la prosodie transmet-elle cette information ? Quelle partie de celle-ci est récupérée par l'interlocuteur ? Comment est-elle utilisée ? Le chercheur a misé sur la diversité linguistique de Montréal pour faire progresser les connaissances sur le fonctionnement de la parole au quotidien et sur l'usage du langage dans la poésie. Par exemple, le français et l'anglais se distinguent dans leur emploi de l'emphase pour signaler de nouvelles informations. L'observation du langage montre aussi pourquoi une rime identique (par exemple, « sept, huit, neuf, dans mon panier neuf ») est acceptable en français, alors qu'en anglais, elle sonne mal et est jugée inacceptable.

Les progrès sur le plan de la connaissance de la prosodie peuvent avoir des répercussions dans un grand nombre de domaines, y compris l'amélioration de l'intelligibilité de la voix synthétisée et l'accroissement du taux de succès sur le plan de la reconnaissance vocale. Son projet a d'ailleurs mené à l'élaboration d'une nouvelle méthode d'analyse des enregistrements acoustiques, le « prosodylab-aligner », que l'on peut télécharger à partir du site Web de son laboratoire. Les recherches ont donné lieu à la parution d'articles scientifiques dans les revues Semantic & Pragmatics, Language and Cognitive Processes, et Cognition, ainsi qu'à des présentations dans des colloques au Canada, aux États-Unis et en Europe. Le chercheur a également écrit un chapitre d'un ouvrage collectif publié par Cambridge University Press.