Trois projets portant sur l'application et les impacts de l'intelligence artificielle dans le domaine de la lutte contre le dopage

 

De l'exploration de nouvelles méthodes d'analyse et d'échantillonnage à une étude qualitative des perceptions sur l'utilisation de l'IA 

C'est avec plaisir que les Fonds de recherche du Québec (FRQ) et l'Agence mondiale antidopage (AMA) dévoilent le financement de trois projets qui exploreront l'intelligence artificielle (IA) comme outil de recherche pour faire avancer le programme mondial antidopage. 

À la suite d'un appel de projets lancé en mai 2018 pour des demandes de recherche ciblée sur l'application et l'impact de l'IA dans le domaine de l'antidopage, huit propositions ont été reçues et, après une période d'évaluation de la part de l'AMA et des FRQ, trois projets ont été retenus. Convaincus que les avancées dans la lutte antidopage passent inévitablement par la science, et puisque les re-cherches dans ce domaine s'arriment à des problématiques plus larges au cœur de grands défis de société, les FRQ et l'AMA présentent fièrement les projets financés. 

« Montréal est devenue un chef de file mondial dans le domaine de l'IA et nous sommes ravis que l'AMA décide de former des partenariats avec les milieux de recherche québécois dans ce domaine. Nous espérons que ces trois projets permettront de mieux comprendre les impacts que l'IA pourrait avoir sur la lutte contre le dopage autant au niveau technologique que social. De telles collaborations intersectorielles garantissent que les chercheurs québécois sont au centre des efforts internationaux dans ce domaine en utilisant leur expertise pour résoudre des problèmes mondiaux complexes. », affirme Rémi Quirion, scientifique en chef du Québec. 

« L'IA est un domaine fascinant à explorer et l'AMA estime que son utilisation dans le cadre de la lutte contre le dopage présente un énorme potentiel inexploité, en particulier pour l'analyse de banques de données massives. Au moment opportun, nous pensons que cela pourrait avoir un impact des plus positifs. Ces trois projets complémentaires aideront à révéler le réel potentiel de l'intelligence artificielle dans ce contexte et nous sommes heureux de pouvoir soutenir ce que nous espérons être des travaux de recherche importants », affirme Dr Olivier Rabin, directeur exécutif sénior, sciences et partenariats internationaux de l'AMA.  

Le premier projet, chapeauté par l'entreprise Dataperformers fondée à Montréal en 2013, sera mené en collaboration avec le laboratoire de l'Agence française de lutte contre le dopage. Le projet explorera les techniques possibles d'analyse et d'application de l'intelligence artificielle pour la détection de l'utilisation de produits interdits ou actions dans le cadre du passeport biologique du sportif pouvant suggérer des tentatives de contournement des règles antidopage. Si les résultats s'avèrent prometteurs, ils seront comparés à ceux obtenus avec les méthodes statistiques traditionnelles tel le modèle adaptif présentement utilisé. Cette approche ciblée sera réalisée sur une période d'un an.  

Le deuxième projet, mené par l'entreprise montréalaise Element AI fondée en 2019, vise à quantifier le risque de dopage chez les athlètes via l'application de l'intelligence artificielle et, du coup, à développer une stratégie d'échantillonnages et de tests basée sur les représentations algorithmiques obtenues. Le projet est financé pour une période de deux ans.  

Le troisième projet mobilisera des membres du Centre de génomique et politique affilié au Centre d'innovation de l'Université McGill et de Génome Québec et sera dirigé par Prof. Yann Joly. Cette étude utilisera une approche qualitative pour recenser les perceptions des différents acteurs sur l'utilisation de l'IA et ses retombées dans le contexte de la lutte antidopage et pour guider le dialogue entre l'AMA, les bailleurs de fonds, les athlètes et le grand public. Le projet est financé pour une période de deux ans.

En mai 2018, l'AMA et le FRQ ont signé un protocole d'entente qui octroiera 2 millions de dollars canadiens pour la recherche antidopage. Plus précisément, les deux organisations se sont engagées à verser 200 000 CAD chaque année pendant cinq ans (2018-2022) afin de financer des projets de recherche liés à l'antidopage, avec la possibilité de prolonger l'accord au-delà de son mandat initial de cinq ans.

À propos de l'Agence mondiale antidopage
L'AMA est une organisation internationale indépendante, composée et financée à parts égales par le Mouvement sportif international et l'ensemble des gouvernements du monde. Ses activités principales sont notamment la recherche scientifique, l'éducation, le développement des programmes anti-dopage, les enquêtes et la supervision de la conformité au Code mondial antidopage (le Code), document harmonisant les règles liées au dopage dans tous les sports et tous les pays. La mission de l'AMA est de mener un mouvement mondial pour un sport sans dopage en collaboration avec ses partenaires.

À propos des Fonds de recherche du Québec
Relevant du ministre de l'Économie et de l'Innovation, les Fonds de recherche du Québec ont pour mission d'assurer le développement stratégique et cohérent de la recherche québécoise et de la soutenir financièrement, d'appuyer la formation des chercheuses et des chercheurs, d'établir les partenariats nécessaires à la réalisation de leur mission et de promouvoir et soutenir la mobilisation des connaissances. 

 

Renseignements
AMA
James Fitzgerald
Responsable principal, Relations médias et communication
Téléphone : 514 904-8227

FRQ
Denise Pérusse
Directrice aux défis de société et aux maillages intersectoriels
Téléphone : 418 643-8560, poste 3120