Message du scientifique en chef : S'adapter à la pandémie de COVID-19

Je vous souhaite un excellent début d'été à tous et à toutes! J'espère que le moral est bon en dépit de la période exceptionnelle que nous vivons. Alors que notre premier ministre, François Legault, a mis le Québec sur pause à la mi-mars, je dis souvent que nous n'avons jamais autant travaillé pour toutes sortes de bonnes raisons.

J'aimerais tout particulièrement remercier le personnel des Fonds de recherche du Québec (FRQ) des bureaux de Québec et de Montréal, qui est passé très rapidement et très efficacement en télétravail dès la mi-mars. Les mois de mars et avril sont toujours des périodes très occupées aux FRQ avec la fin de l'année financière, la préparation des séances des conseils d'administration (CA) et les annonces d'octrois des concours de l'automne. Globalement, tout s'est bien déroulé même si nous avons eu quelques semaines de retard dans l'annonce de certains financements, et ce, à la suite de la demande du gouvernement. La situation est maintenant rétablie. J'offre mes félicitations à l'ensemble des récipiendaires d'une bourse ou d'une subvention. Les FRQ se préparent maintenant à lancer les programmes pour les concours de l'automne 2020. Les préannonces devraient être diffusées dans nos sites Web d'ici peu. 

Afin de mitiger les impacts de la pandémie et de la fermeture des universités, collèges, centres et instituts de recherche, nous avons aussi annoncé, en accord avec les CA des trois Fonds, le prolongement automatique du financement d'une année pour tous les regroupements stratégiques, réseaux, centres et instituts de recherche. Nous sommes actuellement en discussion avec nos autorités afin d'aider nos stagiaires, étudiants boursiers et étudiantes boursières (niveaux maîtrise, doctorat et postdoctorat) en fin de parcours qui ont été directement affectés par la fermeture des milieux de formation académique depuis plusieurs mois. Nous espérons avoir des nouvelles d'ici peu.

Une communauté agile et le leadership des FRQ

J'ai été très impressionné par la réponse des chercheurs et chercheuses, des étudiants-chercheurs et étudiantes-chercheuses en cette période de pandémie.  Plusieurs ont réagi très rapidement afin de proposer des solutions innovantes pour diminuer les impacts à court et à plus long terme de la pandémie de COVID-19. De nouvelles collaborations se sont rapidement nouées dans une multitude de domaines de recherche. Les FRQ ont participé très étroitement à ces activités en proposant la création d'un groupe tripartite avec notre ministère (MEI – Économie et Innovation) et le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). Le le groupe de travail FRQ-MEI-MSSS, en étroite collaboration avec de multiples partenaires, dont Génome Québec et les regroupements sectoriels de recherche industrielle (RSRI), a reçu et analysé plus de 700 propositions de recherche en lien direct avec la pandémie. Les premières annonces de financement ont été rendues publiques il y a quelques semaines par les ministres Fitzgibbon et McCann. Il est essentiel de poursuivre ces collaborations interministérielles et interorganisationnelles. Dans cette optique, un groupe permanent FRQ-MEI-MSSS vient d'être créé. 

Les FRQ se sont de plus directement engagés dans la création de la Biobanque québécoise de COVID du Québec, la première au Canada (voir le communiqué pour plus de détails). La collecte d'échantillons a débuté dès la fin mars. Plusieurs discussions avec nos collègues fédéraux et provinciaux ont permis d'assurer son financement pour les trois prochaines années. La Biobanque est une ressource inestimable qui devrait aider à mieux comprendre la pathophysiologie du virus et ses multiples impacts dans notre société.

Par ailleurs, sous l'impulsion de la directrice scientifique du Fonds de recherche du Québec - Santé (FRQS), Carole Jabet, les FRQ ont créé le Réseau québécois COVID (voir le communiqué), qui devrait fédérer et canaliser une programmation de recherche intersectorielle sur la COVID-19 pour les années à venir. De plus, nous avons appuyé financièrement divers projets de recherche sur l'impact de la COVID-19 chez les personnes âgées, sur la numérisation de l'éducation et l'enseignement à distance, et même un projet de science participative sur l'observation des oiseaux en période de confinement qui a été des plus populaires. D'autres annonces de financement avec divers ministères devraient être faites sous peu.

Je participe aussi à plusieurs groupes de travail au Québec et au Canada, y compris le comité de gouvernance CanCovid. Je vous invite à consulter le site Web, qui contient beaucoup de renseignements sur divers aspects de la pandémie.

Enfin, dès l'annonce de la fermeture de nos bureaux, le 13 mars, pour le télétravail, une page Web a été créée dans le site Web du scientifique en chef – La science dans la lutte contre la COVID-19 : restez bien informés – pour diffuser un ensemble d'informations pertinentes dans le contexte de la pandémie (projets de recherche au Québec soutenus par le gouvernement fédéral et le gouvernement québécois, initiatives des FRQ, appels pour contribuer à la recherche, sources fiables d'information, conseils pour éviter la désinformation et mes nombreuses participations médiatiques). Une seconde page Web a été créée, COVID-19 : Mesures et programmes, dans chacun des sites Web des Fonds, pour informer la communauté scientifique et la communauté étudiante des décisions prises par les FRQ concernant les programmes et autres.

Préparer l'après-COVID-19

Bien sûr, il n'y a pas que la pandémie de COVID-19 qui nous préoccupe. Il est essentiel de s'assurer d'être en mesure de poursuivre nos activités et notre soutien financier dans tous les domaines de recherche. Beaucoup de discussions ont déjà eu lieu sur ce sujet avec nos autorités et les CA. La science et la recherche sont des éléments essentiels du Québec de demain et nos centres, instituts et regroupements de recherche sont en quelque sorte nos PME du savoir de par la formation de la relève et ce qu'ils génèrent comme retombées. Je suis convaincu que la recherche aidera grandement la reprise économique. Comme on le dit souvent, investir en recherche, c'est payant économiquement et socialement, à court, moyen et long terme. Vos commentaires et suggestions seraient appréciés.

Enfin, j'aimerais mentionner ici le lancement de la plateforme COMPEER par notre Comité intersectoriel étudiant, une initiative dont on peut être fier. Je vous invite à consulter le site Web du projet et à signer le concordat sur l'impact de la pandémie sur la relève. 

L'automne sera certainement très occupé pour nous tous et toutes avec des dossiers importants comme notre chantier sur l'université du futur, la science ouverte et le libre accès, et bien sûr, le financement de la recherche, de l'innovation et des FRQ en période post-pandémique. D'ici là, je vous souhaite de nouveau un bel été, si possible déconfiné et en sécurité. Bonnes vacances!


Rémi Quirion, O.C., C.Q., Ph. D., m.s.r.c.