Visibilité et invisibilité dans les médias sociaux : contre-publics en ligne pour les personnes trans et queers

 

Millette, Mélanie

Université du Québec à Montréal

 

Domaine : médias, communications et information

Programme soutien à la recherche pour la relève professorale

Concours 2017-2018

À l'intersection de l'étude des médias, de la visibilité et de l'espace public, cette recherche interroge les possibilités d'un gain en capacité d'agir pour les personnes trans et queers par le biais de regroupements politiques appelés « contre-publics ». Les contre-publics se développent en 2 temps, en marge de l'espace public dominant : d'abord le repli sur soi afin de nommer ses propres enjeux, puis la recherche de visibilité pour porter les revendications dans l'espace public. Les médias sociaux permettent  à la fois la visibilité et l'invisibilité, selon le paramétrage des plateformes et les stratégies des usagers. Mobilisant un cadre théorique combinant la sociologie des usages des technologies, les théories de l'espace public et des contre-publics, les travaux récents sur la visibilité ainsi que sur les identités queer et trans, cette recherche répond à la question suivante : Comment la visibilité et l'invisibilité résultant l'usage des médias sociaux des personnes trans et queers participent-elles de leur rapport à l'espace public, notamment par la constitution de contre-publics?

Nous avons 4 objectifs spécifiques : décrire les usages actuels des médias sociaux des personnes trans et queers au Québec, identifier comment elles négocient leur visibilité et leur invisibilité en ligne, comprendre comment fonctionne l'invisibilité dans l'établissement de « safe spaces », et finalement clarifier comment la visibilité participe de la constitution de contre-public. La méthodologie est mixte à dominante qualitative et s'appuie sur la densification de données (« thick data »). Cette stratégie documente à la fois les traces des usages et le point de vue des usagers. L'observation en ligne, l'aspiration de données et des entretiens semi-dirigés sont les principales techniques de collecte.