Violence conjugale et séparation : intervenir pour diminuer le risque de comportements de plus en plus violents

 

Suzanne Léveillée

Université du Québec à Trois-Rivières

 

Action concertée : Programme de recherche sur la violence conjugale - Concours juin 2014

Volet : Projet de recherche-action

Partenaire : Ministère de la Santé et des Services Sociaux

 

La séparation conjugale est un facteur de risque identifié de comportements violents dans le couple et ce, particulièrement pour les individus présentant des fragilités de la personnalité. De plus, avant l'homicide intrafamilial, il y a séparation conjugale et fréquemment l'intensification des comportements violents (dans plus de 60% des cas). L'espace-temps entre la rupture et l'homicide allant de quelques semaines à quelques mois est un moment privilégié d'intervention et de prévention (Comité d'experts sur les homicides intrafamiliaux, 2012). Nous proposons une recherche-action ayant pour objectif de développer, implanter et évaluer une intervention spécifique portant sur la séparation conjugale auprès d'hommes ayant commis de la violence conjugale et qui font face à la justice : quand il y a eu intervention des policiers ou plaintes de voies de fait ou ordonnance de la cour obligeant un suivi dans un organisme spécialisé. Deux éléments clés guident notre choix d'une recherche-action : d'une part, l'importance d'une implication active des intervenants provenant de divers milieux de pratique et d'autre part, la nécessité de développer une intervention validée dans ce domaine incluant une évaluation de cette intervention. De plus, ce projet de recherche-action se situe directement dans la continuité des travaux du CEHIF(2012). Parmi les recommandations du Comité retenons : l'importance d'adapter les services aux hommes qui n'arrivent pas à accepter la rupture amoureuse et qui commettent des comportements de violence conjugale.

Appel de propositions

Pour consulter l'appel de propositions, cliquez ici.

Co-chercheurs

Daniel Blanchette, Centre d'aide pour hommes de Lanaudière, CAHo
Gilles Tremblay, Université Laval
Philippe Roy, Université de Montréal
Pierre L'Heureux, Réseau Qajaq Network
Rémi Bilodeau, à coeur d'homme
Robert Ayotte, L'Accord Mauricie
Sacha Genest Dufault, Université du Québec à Rimouski

Durée du projet, montant octroyé et date de dépôt du rapport final

Le projet est d'une durée de 3 ans. Le montant total octroyé est de 220 330 $, soit 173 488 $ alloué à la recherche et 46 842 $ alloué aux frais indirects de la recherche (FIR). Le rapport final est attendu pour le 1er août 2018.