Scutigera : poétique de l'inaccessible

 

Nicolas Reeves

Université du Québec à Montréal

 

Domaine : création artistique et littéraire

Programme appui à la recherche-création

Concours 2016-2017

Automate volant modulaire, intelligent et autonome (« aérostabile »), Scutigera est une œuvre d'art robotique prévue pour des espaces fermés, naturels ou construits. Par sa morphologie et ses propriétés de vol, elle peut s'aventurer en des lieux inaccessibles de façon à en retransmettre en temps réel des images autrement impossibles à capter, et parfois jamais vues.

Le projet est issu du projet de recherche-création Observatoires de l'Inaccessible, destiné à rendre perceptible des lieux ou des phénomènes naturels inaccessibles à la perception humaine, qui prévoit plusieurs études et projets. Scutigera tire son nom de la scutigère véloce, un arthropode plat à longues pattes qui peut s'immiscer en des lieux apparemment impossibles; le design de l'automate adopte certaines des stratégies qui permettent à la scutigère de s'infiltrer en ces lieux. L'automate se compose de segments arrimés les uns aux autres de façon semi-rigide. Le premier est équipé de caméras et de projecteurs. Les suivants ont différentes fonctions : alimentation électrique, propulsion, éclairage, contrôle, etc. Ils sont ajoutés à l'automate selon la nature et la durée des vols. Ils peuvent pivoter les uns par rapport aux autres et sont équipé d'antennes de contact (« vibrisses ») qui détectent l'approche des parois et leur nature et qui, assistées de caméras qui observent l'automate lui-même, préviennent les risques de collision ou d'échouage.

Scutigera fonctionne selon deux modes : en mode installation, elle est suspendue dans l'espace d'un vaste lieu d'exposition. Sa morphologie, ses dimensions (plusieurs mètres) et le rythme lent de ses mouvements en font une grande sculpture lévitante qui développe une carte mentale de son environnement et y évolue lentement, tentant de s'approcher des visiteurs pour amorcer une interaction avec eux. En mode performance, elle est envoyée en mission en des lieux inaccessibles : sections ou tunnels inexplorés de grandes cavernes, parties hautes de vestiges archéologiques, architecturaux ou industriels. Les images de ces expéditions sont transmises en temps réel sur place et par internet, permettant aux spectateurs de s'aventurer dans ces régions inconnues en même temps que l'objet volant, faisant de leur découverte une composante à part entière de la performance. Par la nature des partenariats de haut niveau et de l'expertise avancée qu'il requiert, le projet présente une association intime des modes de créativité artistique, scientifique et technologique, dans lesquels chacun se positionne à parts égales, ouvrant potentiellement de nouvelles pistes de recherche dans chacun des trois domaines. Il suscite un très grand intérêt de la part de spécialistes reconnus de la robotique et de la communauté des spéléologues, ce qui nous a permis de regrouper les collaborations requises pour le mener à bien.

Par son architecture biomorphique et ses dimensions, par son désir apparent d'entrer en relation avec les humains, Scutigera traduit notre relation complexe aux êtres artificiels, tout comme celle que nous éprouvons pour les objets délivrés de la pesanteur. Par sa capacité à se déplacer hors de vue, elle devient un vaisseau aérien qui embarque le spectateur pour des mondes encore jamais visités. Elle détermine une forme de narration par une expédition qui, au-delà de son intérêt spécifique, possède sa propre poésie – l'imaginaire du voyage, le vertige de l'inconnu, et le mystère lié à ces régions du monde qui restent encore à découvrir.