Raconter le décrochage scolaire: Une recherche communutaire participative

 

Jessica Ruglis

Université McGill

 

Domaine : éducation, savoirs et compétences

Programme soutien à la recherche pour la relève professorale

Concours 2018-2019

Ce projet, basé sur une recherche-action participative, étudiera les expériences de décrochage scolaire au Québec selon une approche collaborative avec les jeunes et les membres de la communauté. Les résultats de l'étude permettront d'améliorer les politiques de décrochage scolaire et de développer des programmes de prévention. En tant que problème important au Québec, le décrochage scolaire nuit au système économique, social, de santé et de justice pénale. De plus, le taux de 74% de diplomation au Québec est l'un des plus bas du pays. Pour certains groupes de jeunes, en particulier les plus vulnérables et historiquement marginalisés, ce taux d'obtention de diplôme est encore plus bas. En juin 2017, le Premier ministre Phillipe Couillard a annoncé son intention d'augmenter ce taux à 85% d'ici l'an 2030. L'objectif de cette proposition est de contribuer à la réalisation de cette intention d'augmentation du taux de diplomation.

Les tentatives de prévention du décrochage scolaire sont habituellement centrées sur les facteurs nécessaires à la réussite scolaire sans tenir compte des moyens permettant de les atteindre compte tenu des circonstances de vie ou d'inégalités structurelles et culturelles. D'autres sont centrées sur les faiblesses des étudiants et négligent ce qui fonctionne bien comme moyen de favoriser la réussite. Ce projet représente donc une approche novatrice à la remédiation du décrochage scolaire grâce à l'élaboration de politiques par collaboration. Les objectifs spécifiques sont : 1) partager et étudier les expériences en contexte scolaire et de décrochage pour identifier les facteurs de réussite et les obstacles ainsi qu'améliorer les politiques; 2) examiner le lien entre les déterminants sociaux du développement des jeunes et les trajectoires éducatives afin de créer une politique intersectorielle pour améliorer les résultats éducatifs et 3) créer un dialogue au sein de la communauté autour des expériences des jeunes affectés et de solutions pour l'amélioration de politiques.

En sciences sociales, les méthodes de récit ont été utilisées pour comprendre l'impact de politiques existantes sur ses sujets, mais aussi pour interpréter l'analyse de la politique. Ce projet avancera les bienfaits de cette méthode à la fois par l'analyse de la politique actuel par le biais du récit et par l'élaboration de nouvelles politiques adaptées aux expériences de vie. Tout d'abord, les jeunes (entre 16 et 29 ans) seront interviewés et classés selon les groupes suivants : a) abandonné l'école, b) école alternative, c) éducation en milieu incarcéré, d) éducation alternative ou école pour adulte suite au décrochage, e) à risque mais prospérant, f) à risque de décrochage et g) école publique au Québec à taux de décrochage élevé. Deuxièmement, divers individus seront interviewer, incluant le personnel scolaire, les parents et les travailleurs communautaires. Troisièmement, les jeunes seront invités à participer à une série d'ateliers de 7 semaines leur permettant d'apprendre à élaborer leur récit d'expériences et à le raconter en direct au public. Dans le cadre du récit en direct, le public aura l'occasion de participer à des activités dans le but de partager des solutions et des politiques pour réduire le décrochage scolaire au Québec.