Portrait des enjeux liés à l'épanouissement sexuel des jeunes présentant un trouble du spectre de l'autisme : besoins, soutien et défis

 

Marie-Hélène Poulin

Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue

 

Action concertée : La sexualité chez les adolescentes et adolescents et les jeunes adultes ayant un trouble du spectre de l'autisme (TSA)

Volet: Projet de recherche

Partenaires : Le Réseau national d'expertise en troubles du spectre de l'autisme (RNETSA) et le ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur (MEES)

Plus de la moitié des personnes présentant un trouble du spectre de l'autisme (TSA) (60%) ont des capacités intellectuelles comparables à celles de la population générale (Van Naarden Braun, et al., 2015). Cependant, des difficultés aux plans de la cognition sociale (p.ex. bien interpréter les intentions et les sentiments d'autrui, décoder la communication non-verbale), des relations interpersonnelles (p.ex. faire partie d'un groupe d'amis) et de certaines fonctions cognitives exécutives (p.ex. contrôler son impulsivité, rendre cohérente l'information provenant de divers canaux, prendre la perspective d'autrui) sont des caractéristiques centrales du TSA (APA,2015). Ces difficultés sont susceptibles d'entraver le développement optimal de la sexualité d'une personne, particulièrement durant l'adolescence et le début de l'âge adulte, moments cruciaux où s'effectuent la découverte et les apprentissages liés à la sexualité. Plusieurs études démontrent que les jeunes présentant un TSA manquent cruellement de connaissances, de compréhension et d'expérience relatives à la sexualité (Hancock, Stokes et Mesibov, 2017; Medina-Rico, López-Ramos et Quiñonez, 2018; Pecora, Mesibov et Stokes, 2016). Malgré les contextes scolaires inclusifs, les adolescents présentant un TSA sont beaucoup plus isolés socialement (Locke, Ishijima, Kasari et London, 2010), recevant très peu d' éducation sexuelle formelle et informelle (Hannah et Sagg, 2016), les rendant plus naïfs au plan des connaissances et de l'expérience sexuelles (Dekker et al., 2017). Ces lacunes font en sorte que ces jeunes sont non seulement plus à risque d'être victimes d'abus sexuels (Brenner, et al., 2018) mais également de commettre de tels abus (Sevlever, Roth et Gillis, 2013; Turner, Briken et Schöttle, 2017). Étant donné l'importance du domaine et le nombre limité de données probantes disponibles à son sujet, les buts de cette recherche sont de documenter la situation actuelle concernant la santé sexuelle de ces jeunes personnes, d'établir des pistes d'actions leur permettant l'accès à la vie sexuelle saine et harmonieuse et d'évaluer la portée d'interventions concernant leur éducation à la vie sexuelle. Afin de bien comprendre les besoins des jeunes présentant un TSA de niveaux 1 et 2, mais aussi leur accès à l'éducation à la sexualité, la recherche est composée de quatre volets: 1) une revue de la documentation et une méta-analyse pour documenter les connaissances et les programmes destinés à ces jeunes; 2) une enquête en ligne auprès des jeunes présentant un TSA et des jeunes au développement typique afin d'identifier les particularités et besoins spécifiques, 3) des entrevues individuelles visant à valider les données quantitatives auprès de jeunes présentant un TSA et 4) des groupes de discussion focalisée qui permettront de dresser un portrait des expériences et des besoins des proches et des intervenants pour aider les jeunes présentant un TSA. Suite à l'atteinte de ces objectifs, cette étude permettra de dégager des pistes d'actions et des recommandations quant aux besoins en soutien pour l'éducation à la sexualité des adolescents et des jeunes adultes présentant un TSA. Pour mener ce projet, une équipe spécialisée combinant sept chercheurs universitaires, deux chercheurs en établissement, deux cliniciens chercheurs ainsi que plusieurs milieux partenaires de cinq régions mettra ses expertises en commun.

Appel de propositions
Pour consulter l'appel de propositions, cliquez ici.

Durée du projet, montant octroyé et date de dépôt du rapport final

Le projet est d'une durée de 2 ans, le montant total octroyé est de 218 307$ et le rapport final est attendu pour le 31 octobre 2020.