Organisation en réseau, régulation juridique du travail et action syndicale : effets sur les situations d'emploi. Étude de cas multiple au Québec et en France dans les services de care

 

Louise Boivin

Université du Québec en Outaouais

 

Domaine : gestion des organisations

Programme soutien à la recherche pour la relève professorale

Concours 2016-2017

Notre recherche vise à comprendre la réalité sociologique et la régulation juridique des relations d'emploi triangulaires, voire multipartites, qui se déploient dans l'organisation en réseau. Il s'agit d'une forme productive constituée de plusieurs organisations juridiquement autonomes contractuellement liées entre elles. Elle est en expansion internationalement dans un contexte de concurrence économique accrue. Elle repose sur des pratiques de gestion telles la sous-traitance, le recours aux agences de location de personnel, la création de franchises, etc. Les juristes ont montré que la régulation juridique du travail, fondée sur le modèle fordiste de l'entreprise intégrée, ne parvient pas à identifier comme employeurs certaines organisations dans les réseaux qui exercent pourtant un pouvoir déterminant sur les conditions de travail des salarié(e)s. Cette inadéquation de la régulation participe à la précarisation de l'emploi.

Le présent projet vise donc à examiner les effets de l'interaction entre la régulation juridique du travail et les rapports de pouvoir caractérisant les relations d'emploi dans l'organisation en réseau. Il vise aussi à analyser l'influence de l'action des syndicats sur ces rapports, en alliance ou non avec d'autres associations, et ultimement sur les situations d'emploi. Ces effets seront évalués à l'aune des situations d'emploi des salarié(e)s employé(e)s dans les segments externalisés de l'organisation en réseau.

La recherche est basée sur une étude de cas multiple au Québec et en France dans deux secteurs de services de soins, soit l'aide à domicile et l'hébergement pour personnes âgées. Ces services, reposant sur un travail majoritairement féminin et traditionnellement dévalorisé, sont en croissance avec le vieillissement de la population.