Mieux comprendre l'impact des médicaments sur le cerveau : innovations technologiques et applications en neurosciences

 

Recherche intersectorielle - Programme Audace

Concours 2018-2019

 

Composition de l'équipe:

Jean-Francois Masson (Université de Montréal), responsable
Louis-Éric Trudeau (Université de Montréal), co-chercheur

 

Domaine : Neurosciences, santé mentale et toxicomanies

Secteur 1 : Sciences naturelles et génie       Secteur 2 : Sciences de la santé

En vidéo (5 minutes)

Le projet propose de développer une nouvelle approche pour comprendre les mécanismes complexes de communication entre les cellules, neurones et organes du corps humain. Dans certains cas, le dérèglement des messagers chimiques que le corps humain et ses organes utilisent pour réguler plusieurs processus essentiels à la vie cause des maladies graves, notamment les maladies neurodégénératives dont le traitement requiert des médicaments contrôlant de nombreux messagers chimiques impliqués dans le fonctionnement du cerveau. Bien que plusieurs messagers chimiques jouent un rôle déterminant dans ce fonctionnement, leur détection simultanée s'avère presque impossible : les techniques disponibles ne détectent qu'une seule catégorie de messagers à la fois, ce qui rend notre compréhension des mécanismes neurochimiques incomplète.

Grâce à une nouvelle technologie puissante, l'optophysiologie, l'équipe se propose d'identifier le « code-barres » chimique unique des neurotransmetteurs, afin de détecter simultanément plusieurs molécules sécrétées par les neurones et de mesurer en temps réel les changements de concentration de dizaines de neurotransmetteurs alors que les techniques modernes n'en mesurent tout au plus que deux à la fois. Cette percée importante permettra de résoudre certains mécanismes neurochimiques complexes, facilitant ainsi le développement de nouveaux médicaments. Elle devrait aussi ultérieurement pouvoir s'appliquer à diverses maladies, telles que le cancer, qui impliquent aussi des perturbations dans de nombreux messagers chimiques.

Appel de propositions