Microfondement de l'efficacité des entrepreneures : le rôle des processus cognitifs et de l'identité de genre

 

Ingrid Chadwick

Université Concordia

 

Domaine : gestion des organisations

Programme soutien à la recherche pour la relève professorale

Concours 2016-2017

De plus en plus, les femmes choisissent de travailler à leur compte et changent ainsi le paysage de l'entrepreneuriat. Les entreprises appartenant à des femmes représentent en effet le secteur qui connaît la plus forte expansion dans le monde, ce qui a d'importantes répercussions sur la croissance économique comme sur l'autonomisation des femmes. Malgré ces tendances, on en sait encore relativement peu sur ces femmes. Jusqu'à présent, les études sur l'entrepreneuriat féminin étaient axées sur la façon dont les femmes différaient des hommes ou étaient moins efficaces que ceux-ci, comme si le fait d'être femme constituait un inconvénient en affaires. Afin de faire progresser les recherches de manière à favoriser la réussite des entrepreneures, il est temps de mettre l'accent non plus sur les obstacles, mais sur les facteurs qui permettent aux femmes de prospérer.

Regroupant plusieurs études, le projet offre un portrait plus riche et nuancé des entrepreneures en adoptant une microapproche. La première phase de la recherche consistera en une étude qualitative par entrevue explorant les processus cognitifs selon lesquels les femmes interprètent et abordent les défis et les circonstances opportunes de la création d'entreprise. En fonction des résultats de nos entretiens, nous élaborerons un cadre théorique examinant l'influence des processus cognitifs des entrepreneures sur leur réussite, y compris le rôle de leur identité de genre. Dans la seconde phase, nous mettrons ce cadre à l'épreuve à l'aide d'une étude quantitative en trois temps portant sur approximativement 150 femmes. Collectivement, ces travaux généreront un apport de connaissances qui devrait inciter les femmes à devenir et à demeurer des entrepreneures prospères.