Lobbyisme des entreprises et libéralisation des échanges préférentiels

 

Leonardo Baccini

Université McGill

 

Domaine : gouvernance

Programme soutien à la recherche pour la relève professorale

Concours 2016-2017

Les entreprises obtiennent-elles ce qu'elles veulent des gouvernements? Le débat sur l'influence des entreprises sur la politique est depuis toujours au cœur des sciences économiques et politiques. Les études antérieures démontrent que les gouvernements mettent en œuvre des politiques commerciales favorisant les intérêts des industries et des entreprises d'exportation. De récentes études révèlent toutefois que l'influence des entreprises sur la politique commerciale est plus faible que ce que l'on pense. Ce projet associe le phénomène des réseaux de production mondiaux et la prolifération des accords commerciaux préférentiels (ACP) pour expliquer le lobbying et son incidence sur les activités des multinationales.

Le message à en retenir est que la libéralisation des échanges préférentiels procure des avantages très concentrés et que les accords commerciaux ressemblent à des biens privés plutôt que publics. La contribution de ce projet aux études antérieures est double : tout d'abord, je démontre que la motivation à faire du lobbyisme pour ou contre les ACP dépend du type d'investissements des entreprises à l'étranger. Ensuite, je détermine le mécanisme par lequel les multinationales engagées dans des activités à l'étranger tirent profit des ACP. Les multinationales font du lobbyisme afin d'abaisser les droits de douane nationaux, ce qui réduit leurs coûts de production lors de la réimportation des marchandises sur le marché intérieur. Pour mettre en œuvre l'analyse quantitative, je prévois recueillir des données initiales sur les activités de lobbying et les comparer avec les nouvelles données sur les tarifs douaniers préférentiels, ainsi qu'avec les données particulières au niveau des entreprises sur les activités des multinationales.