Les trajectoires de services de proximité et spécialisés empruntées par des jeunes adultes et des proches aidants lors d'un premier épisode psychotique (PEP)

 

Marie-Hélène Morin

Université du Québec à Rimouski

 

Domaine : personnes, communautés et vie sociale

Programme soutien à la recherche pour la relève professorale

Concours 2016-2017

Malgré une volonté politique et sociale de reconnaître le rôle de soutien exercé par les proches aidants, des lacunes et des insatisfactions demeurent observables quant aux services s'adressant aux familles engagées dans ce rôle de soutien. Cela est d'autant plus vrai lors d'un premier épisode psychotique (PEP) qui survient généralement au passage à la vie adulte en touchant de 4 à 5 % des jeunes.

En s'appuyant sur la perspective théorique des parcours de vie, l'objectif principal de cette étude est de documenter la trajectoire de services empruntée lors de l'émergence d'un trouble psychotique. Les quatre objectifs suivants sont visés : 1) mieux connaître comment a été initiée la demande d'aide lors du PEP; (2) identifier les services de proximité et spécialisés utilisés par les jeunes adultes et leurs proches aidants; 3) documenter les principaux obstacles rencontrés sur le plan du partage d'information et de la confidentialité et, 4) dégager l'impact du recours aux services sur la diminution de la détresse et du besoin de soutien des familles.

Une démarche de recherche qualitative sera utilisée. Des entrevues semi-dirigées seront menées auprès de jeunes adultes (n =20) et de leurs proches aidants (n= 20) alors que deux entrevues de groupe seront réalisées auprès des intervenants (n = 20) des associations de famille et des cliniques pour premiers épisodes psychotiques. En documentant les trajectoires de soins, cette étude contribuera à optimiser le maillage entre les services de proximité et les services spécialisés, en plus de dégager des pistes de solutions afin d'établir des réelles pratiques collaboratives. Cela aura des retombées concrètes pour l'intervention offerte à la fois par les associations de familles et les cliniques qui dispensent des services lors d'un PEP.