Les précurseurs des problèmes de jeu à l'adolescence: un modèle développemental intégré - Phase 2

 

Frank Vitaro

Université de Montréal

 

Action concertée :Programme de recherche sur les impacts socioéconomiques des jeux de hasard et d'argent - Concours 2009-2010

Volet: Projet de recherche

Partenaire : Ministère de la Santé et des Services sociaux

Ce projet de recherche représente la phase 2 d'une étude longitudinale à laquelle participent 2,300 enfants, leurs parents et leurs enseignants. À l'occasion de la phase 1, nous avons recueilli des informations sur les habitudes de jeu des enfants et de leurs parents, en plus d'informations sur leur développement personnel, social et scolaire. Ces informations ont été recueillies lorsque les enfants étaient âgés de 10 ans et à nouveau lorsqu'ils étaient âgés de 12 ans. La phase 2 consiste à ré-administrer essentiellement les mêmes mesures à deux nouvelles reprises alors que les enfants seront âgés de 13 et 15 ans et qu'ils seront à l'école secondaire. Des mesures se rapportant aux amis sont également prévues à 13 et 15 ans. Ainsi, nous disposerons de suffisamment de points de mesure et de sources d'information pour réaliser les objectifs suivants : 

  1. Identifier les trajectoires-type de participation à des jeux de hasard et d'argent de l'âge de 10 ans à l'âge de 15 ans;

  2. Identifier les variables d'ordre personnel, familial, scolaire, social et sociogéographique associées prédictivement et peut-être différentiellement avec les diverses trajectoires de jeu que nous aurons identifiées au point 1;

  3. Déterminer si les variables prédictives précédentes se conjuguent de manière additive (i.e. cumulative) ou multiplicative (i.e. interactive) en regard de la prédiction des trajectoires de jeu. Déterminer si certaines variables jouent un rôle médiateur, modérateur ou controuvé;

  4. Déterminer si les mêmes variables sont associées de la même manière à des trajectoires de consommation de psychotropes établies au cours de la même période;

  5.   Examiner les liens transactionnels entre la participation à des jeux de hasard et d'argent et le rendement scolaire des enfants. 

Les résultats qui découleront de cette étude permettront de mieux orienter les efforts de prévention en fonction des facteurs de risque et de protection associés prédictivement aux diverses trajectoires de jeu (et de consommation de psychotropes) chez les enfants et les adolescents. Nous nous attendons à ce que des variables d'ordre personnel et familial prédisent les précurseurs des problèmes de jeu à l'adolescence : un modèle développemental intégré – phase 2 l'engagement sur une trajectoire précoce de jeu. En revanche, nous nous attendons à ce que des variables d'ordre social et scolaire soient associés à une trajectoire tardive de jeu. Nous nous attendons également à trouver plusieurs chevauchements entre les déterminants des jeux de hasard et d'argent et les déterminants de la consommation précoce ou abusive de substances psychoactives. Si confirmés, ces résultats appelleront des programmes de prévention différenciés selon le profil de risque des jeunes mais intégrés du point de vue des substances ciblées. Nos partenaires, le Centre québécois de lutte aux dépendances et la Maison Jean-Lapointe, sont prêts à faire les ajustements requis à leurs programmes de prévention en conséquence des résultats que nous obtiendrons et d'en évaluer subséquemment les retombées pratiques

Appel de propositions

Pour consulter l'appel de propositions, cliquez ici.

Co-chercheurs

Michel Boivin, Université Laval
Rosemarie Mara Brendgen, Université du Québec à Montréal
Jean-Richard Séguin, Université de Montréal 

Collaboratrice

Brigitte Wanner, Université de Montréal

Durée du projet et date de dépôt du rapport final

Le projet est d'une durée de 3 ans. Le rapport final est attendu en avril 2013.