Les orthographes approchées pour un enseignement explicite de l'orthographe au premier cycle du primaire

 

Annie Charron

Université du Québec à Montréal

 

Action concertée : Programme de recherche sur l'écriture - Lancement : mai 2011

Volet: Projet de recherche-action

Partenaire : Ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport

Cette recherche-action est née d'un besoin exprimé par la Commission scolaire des Hautes-Rivières (CSDHR) qui s'est engagée dans une démarche visant à accroître la compétence à écrire des élèves, dès le début de leur scolarisation. En réponse à ce besoin, la chercheuse principale a amorcé depuis 2007 une collaboration fructueuse avec la CSDHR, qui lui a permis d'étudier les orthographes approchées (OA) dans un contexte préscolaire (subvention nouveau-chercheur FQRSC 2007-2012). Les OA sont des situations d'écriture contextualisées durant lesquelles les élèves sont conduits, d'une part, à écrire des mots en activant leurs savoirs ponctuels et en partageant leurs réflexions sur le fonctionnement du système alphabétique et, d'autre part, à comparer leurs hypothèses d'écriture aux normes orthographiques (Charron, 2006). En constatant les retombées positives des pratiques des OA auprès des enfants de maternelle, la CSDHR s'est résolument engagée dans la poursuite des travaux entamés fondés sur la démarche des OA, afin d'améliorer la maîtrise de l'orthographe et la compétence à écrire d'élèves de 1er cycle du primaire. L'appropriation d'une démarche d'OA qui permette d'enseigner de façon explicite l'orthographe passe, selon nous, par l'élaboration et la mise en place d'un dispositif de formation sur les OA destiné aux enseignants du 1er cycle du primaire. Le principal objectif de cette recherche-action, qui rejoint trois axes du programme de recherche en écriture (1.1; 2.2; 6.2), est de documenter les pratiques d'OA des enseignants du 1er cycle du primaire et d'en évaluer les effets sur le développement orthographique et la compétence à écrire des élèves. Nous posons l'hypothèse que l'efficacité du dispositif de formation reçu se traduira non seulement par le recours à des pratiques d'OA diversifiées, mais également par une augmentation significative du développement orthographique des élèves, favorisant ainsi le transfert des acquis en situations d'écriture. Sur le plan méthodologique, un devis expérimental randomisé rigoureux sera employé. Ainsi, les enseignants de l'échantillon seront aléatoirement assignés au groupe témoin (GT) ou au groupe expérimental (GE). Alors que les enseignants du GT poursuivront le cursus d'enseignement régulier en français, les GE suivront une formation annuelle de 6 rencontres sur les OA visant à consolider des notions sur l'orthographe et à élaborer des situations d'écriture en OA, qui seront ensuite appliquées en classe. Trois types de mesures seront prises: 1)des indicateurs pour établir le niveau de connaissances orthographiques des élèves (prétest et posttest), 2)des indicateurs d'opération pour documenter les actions didactiques des enseignants tout au long du programme et, 3)des mesures de rendement en orthographe et en écriture (prétest et posttest) issues d'épreuves standardisées. Des analyses statistiques permettront d'examiner l'évolution des connaissances orthographiques et du rendement en orthographe et en écriture des élèves issus des GE et GT. Des analyses qualitatives permettront d'examiner le développement des actions didactiques des enseignants issus des GE et GT. Les résultats de cette recherche procureront non seulement des données empiriques quant à l'efficacité des OA au primaire, mais fourniront également des outils concrets pour des formations sur les OA. 

Appel de propositions

Pour consulter l'appel de propositions, cliquez ici.

Co-chercheurs

Isabelle Montesinos, Université de Montréal
Isabelle Plante, Université du Québec à Montréal
Brigitte Gagnon, Commission scolaire des Hautes-Rivières

Durée du projet et date de dépôt du rapport final

Le projet est d'une durée de 3 ans et le rapport final est attendu pour le 30 juin 2015