Les attributs des fonds de placement influencent-ils vraiment la performance?

 

Laurent Barras

Université McGill

 

Domaine : économie et emploi

Programme établissement de nouveaux professeurs-chercheurs

Concours 2011-2012

Afin de choisir parmi le grand nombre de fonds de placement actuellement disponibles, les investisseurs comparent fréquemment les principaux attributs de ces derniers, tels que la taille ou les frais de gestion. Alors que cette approche présente une certaine simplicité, son efficacité dépend naturellement du lien existant entre ces attributs et la performance future.

L'étude de ce lien dans les précédents travaux de recherche débouche en général sur des conclusions contradictoires, dues en partie à l'approche suivie. Celle-ci suppose que des fonds ayant le même attribut produisent nécessairement la même performance. Cette hypothèse paraît restrictive. Par exemple, un fond ayant des frais de gestion élevés peut être trop cher et produire une performance négative. Mais il peut tout aussi bien facturer des frais élevés parce que ses gérants sont plus talentueux. Ce projet étudie le lien attribut-performance de manière plus flexible. Précisément, au sein de chaque groupe de fonds ayant un certain attribut (par exemple, des frais de gestion élevés), nous estimons la proportion d'entre eux ayant une performance (1) négative (2) positive (3) nulle. En comparant ces proportions au sein de groupes ayant des attributs très divers, nous pouvons déterminer dans quelle mesure : 1) les attributs influencent la performance future; 2) les attributs servent à sélectionner les fonds les plus performants. Étant donné l'importance centrale des fonds de placement dans la gestion de fortune des petits investisseurs, des ménages ainsi que des fonds de pension, les résultats de ce projet s'adressent à un public extrêmement large.