Impact de l'écoute de musique de fond sur la cognition

 

Nathalie Gosselin

Université de Montréal

 

Domaine : arts et littérature

Programme établissement de nouveaux professeurs-chercheurs

Concours 2015-2016

La musique est de plus en plus présente pendant les activités quotidiennes (en travaillant ou en étudiant, par exemple). L'omniprésence de la musique suscite des questions quant à son impact sur la cognition. En particulier sur les fonctions exécutives qui permettent de maintenir le but des tâches malgré les contraintes des situations (les distractions, par exemple), c'est-à-dire le contrôle cognitif. La musique distrait-elle et nuit-elle à la performance? Au contraire, la musique est-elle bénéfique grâce à sa faculté d'induire des émotions? Les études effectuées jusqu'à ce jour proposent des résultats divergents. Le contrôle cognitif est parfois amélioré par la musique de fond, mais celle-ci peut également produire des effets nuisibles. Ces données contradictoires peuvent découler de limitations méthodologiques telles que la sélection arbitraire des musiques. Plus particulièrement, les émotions évoquées par la musique (exemple : relaxante-stimulante) sont peu considérées.

Ce projet de recherche visera donc à explorer l'impact des émotions musicales sur le contrôle cognitif. Pour cela, une population adulte non clinique sera évaluée avec un test des fonctions exécutives bien connu pour évaluer le contrôle cognitif, le test de Stroop (exemple : identifier la couleur de l'encre du mot VERT écrit en rouge). L'Étude 1 examinera l'impact sur la performance de musiques stimulantes et relaxantes. L'Étude 2 comparera la musique de fond à des conditions non musicales (exemple : bruit). En plus des mesures comportementales, des jugements émotionnels et des mesures physiologiques (exemple : le rythme cardiaque) seront recueillies, ce qui permettra de mieux comprendre les processus reliés à l'impact des émotions musicales sur le contrôle cognitif. Nos données favoriseront également la compréhension de l'interaction entre les émotions et la cognition.