Géocinéma : La mémoire localisée

 

Olivier Asselin

Université de Montréal

 

Domaine : création artistique et littéraire

Programme appui à la recherche-création

 Concours 2018-2019

Géocinéma est un projet de recherche-création qui porte sur la question générale de la localisation de la mémoire et du savoir historique. La localisation de l'image de l'histoire sur les lieux mêmes où elle s'est produite a sans doute des vertus épistémologiques et elle permet souvent de mieux comprendre le passé—sur le modèle du monument, du guide touristique, de la restauration architecturale et de la reconstitution historique.

Géocinéma se propose ainsi de relocaliser les images de l'histoire par le moyen d'un dispositif de réalité augmentée élaboré qui permet d'inscrire dans l'espace réel, non pas des textes et des images bidimensionnelles (comme le font les applications usuelles), mais des scènes tridimensionnelles, avec des accessoires, des éléments de décor et d'architecture entièrement modélisés, parfaitement localisés et alignés sur l'espace réel, et surtout des personnages virtuels grandeur nature, qui peuvent se déplacer dans les lieux réels, passer des portes, descendre des escaliers, s'assoir sur des fauteuils réels.

Équipé d'un simple téléphone, d'une tablette ou d'un masque de réalité augmentée, l'usager peut se déplacer à sa guise dans ces scènes, sur 360 degrés, dialoguer et interagir librement avec les personnages virtuels—comme dans un film interactif, un jeu vidéo grandeur nature à la première personne ou un environnement immersif qui mêle le réel et le virtuel.

Pour tester un tel dispositif, nous nous proposons de développer le prototype de trois scènes interactives grandeur nature en réalité augmentée pour certains lieux historiques négligés dans la ville de Montréal, mais qui ont tous joué un rôle important à la fois dans l'histoire des spectacles de masse et dans la diffusion d'une certaine image de l'histoire au tournant des 19 et 20e siècles : le panorama, le musée de cire et la salle de cinéma.

Ce projet a des dimensions savantes, artistiques et technologiques, mais il a aussi une vocation pédagogique. Il saura intéresser les élèves, du primaire, du secondaire et du collégial, ainsi que le grand public. Mais au-delà de cela, parce qu'il constitue un précieux moyen de valorisation du patrimoine, il pourrait aussi intéresser d'autres institutions, comme les musées, les sites historiques ou les villes. Les technologies qu'il aura permis de développer et d'intégrer, ainsi que les savoirs, les savoir-faire et les processus de travail et de validation, pourront aisément être adaptés à d'autres contenus historiques.