Flavius Josèphe dans le haut Moyen Âge : un père de l'Église juif?

 

Richard Pollard

Université du Québec à Montréal [UQAM]

 

Domaine : cultures, religions et civilisations

Programme soutien à la recherche pour la relève professorale

Concours 2018-2019

Ce projet vise à étudier l'influence de l'ancien historien juif Flavius Josèphe (c. 37—100 apr. J.-C.) sur la culture de l'Europe du haut Moyen Âge (500—1000). Cet historien juif, qui écrit en grec, est connu pour sa Guerre des Juifs, récit de la rébellion des Juifs contre les Romains (66—73 100 apr. J.-C.), ainsi que pour ses Antiquités, qui relatent l'histoire juive depuis la Création.  Ces textes ont été traduits en latin entre 370—550 et sont devenus très populaires chez les chrétiens.  Bien que quelques études préliminaires aient esquissé la grande importance de Josèphe pour la culture médiévale, le caractère de cette influence reste encore mal connu.  Pourtant, quelques chercheurs ont suggéré que Josèphe soit considéré comme un père de l'Église – une belle réussite pour un Juif!  Ceci signifierait qu'il aurait le même statut que saint Augustin et qu'il aurait eu un rôle fondateur pour la culture occidentale.  Une telle suggestion mérite un examen sérieux puisqu'elle suppose que l'histoire de la culture européenne ne peut être envisagée sans prendre en compte le rôle de Josèphe.  Le présent projet a pour but de cerner la vraie nature de l'autorité de Flavius Josèphe au haut Moyen Âge.  Plus précisément, nous nous interrogerons à savoir si Josèphe était lu, cité et étudié de la même manière que les pères de l'Église tel qu'Augustin ou Grégoire le Grand.  En outre, nous tâcherons de mesurer cette influence de Josèphe sur ses lecteurs pour savoir si celle-ci était limitée à des circonstances particulières, des moments ou régions plus circonscrites et si cela était complexifié en raison de son identité juive.

Pour répondre à ces questions, ce projet suivra deux démarches complémentaires.  Premièrement, j'examinerai les annotations marginales ajoutées à 14 anciens manuscrits latins de Josèphe durant le haut Moyen Âge. Ces notes offrent une perspective immédiate et non filtrée sur les opinions des lecteurs d'un texte (et son auteur) et me permettront de voir comment ceux-ci percevaient (et songeaient à réutiliser) l'œuvre de Josèphe.  Deuxièmement, le projet étudiera comment (et combien de fois) Josèphe a été cité par les auteurs chrétiens. À cet effet, j'utiliserai une nouvelle méthode numérique permettant d'identifier rapidement les parallèles entre les textes latins.  Ce traitement informatisé (en plus de l'enquête sur les annotations) me permettra de démontrer quel était le véritable statut de Josèphe en Occident latin et comment il a été réutilisé par les Européens pendant cinq siècles. Cette enquête nous fournira un nouveau paradigme pour comprendre l'histoire culturelle de l'Europe médiévale.  Un fondement essentiel à cette double démarche sera l'achèvement de la première nouvelle édition (ici numérique, en ligne, et gratuite) du texte latin de Josèphe depuis 500 ans. 

Outre l'édition électronique et les articles préliminaires, le but ultime de ce projet consiste à produire une monographie qui prendra la pleine mesure du rôle de Flavius Josèphe au cours de la Renaissance carolingienne (c. 750—875).  Il se pourrait que Josèphe fût une clé de voûte de cette époque fondamentale pour la culture européenne.