Écrire ensemble au primaire : interventions des enseignants et stratégies d'écriture des élèves

 

Stéphane Allaire

Université du Québec à Chicoutimi

 

Action concertée : Programme de recherche sur l'écriture 2010-2011

Volet: Projet de recherche-action

Partenaire : Ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport

Écrire est un acte complexe qui exige l'organisation et la réorganisation, et la mobilisation et la construction de connaissances, tant sur l'écriture que sur le monde. Peu importe ce qu'on écrit et les raisons pour lesquelles on le fait, la fonction épistémique de l'écrit est présente ; la construction des connaissances de l'individu-scripteur est non seulement sollicitée mais aussi favorisée par l'acte d'écrire. Malgré toute sa complexité, la compétence à écrire est vitale pour le fonctionnement en société, de plus en plus dite « du savoir » car, avec la lecture, elle est au coeur de la possibilité d'apprendre la vie durant. Pour le milieu scolaire, un enjeu supplémentaire à celui de faire apprendre à écrire consiste à préparer les jeunes d'aujourd'hui à cultiver des idées prometteuses qui puissent permettre de composer avec les défis de demain, qu'ils soient de l'ordre des sciences humaines, de la science et de la technologie, de l'éthique, etc. À nos yeux, cet enjeu de « coélaboration de connaissances » et celui du développement de la compétence à écrire sont complémentaires et peuvent s'alimenter. Ainsi, la perspective de cette recherche-action est que l'amélioration des idées, en collaboration et soutenue par un outil technologique asynchrone (Forum de coélaboration de connaissances, FCC), constitue une voie prometteuse pour le développement de la compétence à écrire des élèves. Dans une telle optique, non seulement est-il possible d'exploiter l'information, de rendre plus authentique et signifiante la tâche d'écriture, de développer des habiletés de pensée supérieure, de faire progresser les connaissances de l'élève, des élèves, par l'élaboration d'un discours de classe qui prend forme, progressivement, par le truchement d'interactions écrites, mais aussi, et c'est là le principal objectif de travail de ce projet, de contribuer systématiquement à l'amélioration des processus et des composantes de l'écriture chez les élèves. Pour ce faire, nous chercherons à: 1) répertorier des pratiques exemplaires réalisées avec le FCC, 2) examiner de manière systématique les interventions des enseignants ainsi que l'utilisation faite du FCC par les élèves, entre autres les fonctions avancées de l'outil, et 3) évaluer les retombées pour les élèves du point de vue des stratégies d'écriture mobilisées et des composantes de l'écriture. Les participants proviendront de cinq régions du Québec. Ils seront quelque vingt enseignants du primaire totalisant environ 350 élèves provenant, pour la plupart, de milieu socioéconomique défavorisé. Des séances de réflexion sur l'action, des entrevues, des « focus groups », des observations et des rencontres de verbalisation à voix haute constitueront les principales modalités de collecte de données. Des analyses quantitatives et qualitatives à partir de grilles prédéterminées et émergentes seront effectuées. Nous anticipons apporter un éclairage de taille aux pratiques de classes à mettre en place pour une utilisation de TIC de nature collaborative qui souscrit à des intentions pédagogiques claires au regard du développement de la compétence à écrire des élèves.

Appel de propositions

Pour consulter l'appel de propositions, cliquez ici.

Co-chercheurs

Godelieve Debeurme, Université de Sherbrooke
Christine Hamel, Université Laval
Thérèse Laferrière, Université Laval 
Sonia Quirion, Commission scolaire de la Beauce-Etchemin 
Pascale Thériault, Université du Québec à Chicoutimi
Julie Turcotte, Commission scolaire des Rives-du-Saguenay
Philippe Van Chesteing, Commission scolaire des Laurentides 

Durée du projet et date de dépôt du rapport final

Le projet est d'une durée de 3 ans et le rapport final est attendu pour le 1er avril 2014.