Des pommes de terre et des hommes : conservation de la biodiversité et dynamique des savoirs (Cusco, Pérou)

 

Ingrid Hall

Université de Montréal

 

Domaine : milieux de vie et aménagement

Programme établissement de nouveaux professeurs-chercheurs

Concours 2014-2015

Au sein du Parc de la pomme de terre de Pisac (Cucsco, Pérou) est actuellement mené un projet innovant en matière de conservation de la biodiversité. Les paysans du Parc ont en effet réussi à travailler main dans la main avec un Centre de recherche international sur la pomme de terre et ils ont désormais la tâche de conserver non seulement les variétés qu'ils cultivent, mais également les variétés que le Centre international avait collecté au cours des décennies précédentes, qui ont été « rapatriées » vers leurs terres d'origine.

L'étude des pratiques et des savoirs relatifs à la conservation de cette biodiversité a pour objectif de montrer que chacun des acteurs impliqués dans ce projet a une conception particulière de son objet et de son rôle. Les paysans qui cultivent les aliments qu'ils vont consommer au cours de l'année sont dans une situation bien différente de celle des généticiens du centre international de recherche qui font pousser des tubercules dans des tubes à essai. Quand aux personnes de l'ONG qui font le lien entre ces deux types d'acteurs, ils tentent de se positionner dans le monde du développement et du développement agricole.

Je propose d'ethnographier ces trois « communautés épistémiques » pour rendre compte de leur spécificité avant de détailler les dynamiques qui les animent. Car si ce parc est un succès présenté dans des grands colloques internationaux, c'est grâce à ces collaborations.