Comprendre les pratiques d'intervention interculturelle auprès des filles et leurs familles en contexte de crimes commis au nom de l'honneur au Québec

 

Estibalitz Jimenez

Université du Québec à Trois-Rivières

 

Domaine : personnes, communautés et vie sociale

Programme établissement de nouveaux professeurs-chercheurs

Concours 2014-2015

Lorsque l'adolescent de parents nés à l'étranger remet en question des repères identitaires et culturels traditionnels, des tensions et des conflits dans la famille peuvent survenir et s'aggraver (Brisebois, 2007). Dans un tel contexte de conflits intergénérationnels (Malhamé, 2011) exacerbés par l'expérience migratoire (TCRI, 2011), les filles, plus spécialement, peuvent en venir à adopter des comportements jugés inacceptables par leur famille. La voyant transgresser les normes traditionnelles, en adoptant des comportements « occidentaux », la famille peut considérer que la fille porte atteinte à son « honneur » (Robert, 2011). Dans le but de rétablir cet « honneur perdu », les membres de la famille font pression, parfois blessent, et peuvent aller jusqu'à tuer la fille (Muhammad, 2011). Au Québec, le cas Shafia a soulevé des questions sur la façon de prévenir les violences commises au nom de l'honneur (VCNH) et de protéger les filles vivant une telle situation.

Utilisant une démarche qualitative et un cadre théorique intersectionnel mettant en évidence des interrelations complexes de vulnérabilités et d'oppressions multiples (Harper et coll., 2012; Bilge, 2005), cette étude vise, d'un point de vue théorique, à générer des connaissances spécifiques sur la réalité d'intervention interculturelle auprès des filles et de leurs familles en contexte de VCNH au Québec. D'un point de vue pratique, elle permettra de mieux connaître certaines traditions familiales et culturelles, de les comprendre et d'y réagir par une intervention interculturelle adaptée visant, ultimement, la prévention de la violence et la protection des personnes qui en sont l'objet.