Autorité privée et politique publique dans un contexte mondial: Compétition, collaboration ou coexistence?

 

Hamish van der Ven

Université McGill

 

Domaine : nature, transformation et gouvernance de la société et des institutions

Programme soutien à la recherche pour la relève professorale

Concours 2018-2019

Les trente dernières années ont marqué une transformation remarquable dans la gouvernance mondiale. Alors que les états étaient autrefois les principaux responsables de l'élaboration des règlements environmentaux dans le système international, aujourd'hui un bon nombre de règlements sont créés par et pour des acteurs non étatiques ou "privés." Ces initiatives environnementales comprenant ceux qui sont menées par les entreprises (e.g., la responsabilité sociale des entreprises) et la société civile (l'éco-étiquetage). Ce projet vise à découvrir si cette augmentation de "l'autorité privée" contribue ou nuit aux progrès dans les forums multilatéraux traditionnels, comme les régimes des Nations Unies sur le changement climatique, les forets, et les déchets électroniques. Plus précisément, je pose la question suivante: dans quelles circonstances l'action non gouvernementale sur les problèmes environnementaux remplacera-t-elle ou renforcera-t-elle les efforts du gouvernement visant à mettre au point des traités mondiaux sur l'environnement ayant force obligatoire?

Je répondrai à cette question à l'aide d'un modèle de recherche à méthode mixte à deux phases. Dans la première phase du projet, j'examinerai, au moyen d'une série de sondages en ligne, si la disponibilité de solutions "privées" aux problèmes environnementaux a réduit le soutien individuel au niveau des citoyens à l'égard des accords multilatéraux sur l'environnement (AME). Dans la deuxième phase du projet, je mènerai un sondage sur les attitudes de l'élite auprès de représentants nationaux dans les négociations d'AME portant sur les forêts, l'aquaculture, et les déchets électroniques. Mon but est d'évaluer si la puissance variable des régimes de gouvernance non étatiques dans ces enjeux a modifié de quelque façon que ce soit le cours des négociations.

À la base, le projet vise à comprendre si l'autorité privée stimule ou affaiblit la volonté politique de régler les problèmes environnementaux au moyen d'accords environnementaux internationaux traditionnels. Cette question est à la frontière de la gouvernance mondiale actuelle et de la recherche sur la politique environnementale, car elle vise à comprendre la pertinence continue des gouvernements nationaux dans un monde en évolution et de plus en plus dépourvu de frontières.