Analyse des pratiques enseignantes en écriture réflexive dans le cadre d'activités intégratives pour l'appréciation des oeuvres littéraires: enquête à l'école primaire québécoise

 

Martin Lépine

Université de Montréal

 

Action concertée : Programme de recherche sur l'écriture 2009-2010

Volet: Bourse doctorale

Partenaire : Ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport

La compétence « Apprécier des œuvres littéraires » du Programme de formation de l'école québécoise pour le primaire (MELS, 2006) constitue un contexte tout désigné pour intégrer la lecture, l'écriture et l'oral. Le Comité d'experts sur l'écriture souligne d'ailleurs l'importance de profiter de toutes les occasions d'écrire (MELS, 2008). Or, malgré les recherches récentes sur l'écriture réflexive et la lecture littéraire, seulement un enseignant du primaire sur cinq dit travailler souvent la compétence littéraire (MELS, 2007) et très peu suscitent des activités d'écriture en lien avec la littérature (Fijalkow, 2003). Il semble donc y avoir un décalage entre les recherches scientifiques innovantes et les pratiques enseignantes en écriture (Morin et al., 2006). Peu de données, au Québec, permettent de connaître la place de la littérature à l'école, les pratiques réelles des enseignants et les difficultés qu'ils rencontrent à l'occasion de l'exploitation des œuvres littéraires (Dezutter et al., 2007; Louichon, 2008). Les enseignants du primaire ayant à développer chez leurs élèves un grand nombre de compétences dans un temps limité (Chabanne & Bucheton, 2008), la perspective de mieux comprendre comment les aider à utiliser les compétences en intégration nous apparaît comme un objectif novateur. Les écrits réflexifs, dispositifs qui visent à faire écrire pour penser et apprendre (Chabanne & Bucheton, 2002), permettraient ainsi d'écrire pour mieux lire et discuter (Hébert, 2008). Nous souhaitons donc mieux comprendre les pratiques déclarées des enseignants au sujet de l'écriture (priorité 6.1) et les pratiques effectives qui ont le meilleur effet sur le développement des habiletés des élèves en écriture réflexive (priorité 1.1). Pour ce faire, nous réaliserons une enquête en deux phases: 1) un échantillon de 250 participants (N=250), enseignants à l'un des trois cycles du primaire, sera recruté pour répondre à un questionnaire d'enquête auto-administré (Dörnyei, 2003) sur les pratiques enseignantes déclarées en écriture réflexive et en lecture littéraire; 2) une étude de cas multiples d'enseignants de différents milieux (N=12) sera réalisée avec des enseignants du primaire qui auront participé à la phase 1 de l'enquête dans le but d'analyser les pratiques effectives en écriture et en littérature. En analysant dans une recherche qualitative/interprétative (Savoie-Zajc, 2004) les pratiques intégratives d'enseignants du primaire, qui auront déjà, dans le cadre d'un autre projet qui sera réalisé par une équipe dirigée par la chercheure principale Manon Hébert et financée par le FQRSC-Actions concertées (2009- 2012), à expérimenter des pratiques visant à intégrer l'oral et la lecture, nos travaux contribueront à l'avancement des connaissances en mettant en relief les interactions nécessaires entre la lecture et l'écriture (Thévenaz-Christen, 2009) et en utilisant une approche mixte de traitement de données en didactique de la littérature (Richard, 2006). En établissant des liens entre ce que les enseignants déclarent faire et ce qu'ils font réellement dans leur classe et en rassemblant des résultats à la fois théoriques et pratiques sur l'enseignement et l'apprentissage de l'écriture réflexive, nous souhaitons ainsi réduire l'écart entre les conceptions théoriques issues des études littéraires et l'enseignement de la littérature (Daunay, 2007). 

Appel de propositions

Pour consulter l'appel de propositions, cliquez ici.

Durée de la bourse

La bourse est d'une durée de 3 ans.