« Faire la police » dans les opérations internationales de paix. Enjeux opérationnels de la participation policière canadienne à la mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti

 

Samuel Tanner

Université de Montréal

 

Domaine : gouvernance

Programme établissement de nouveaux professeurs-chercheurs

Concours 2011-2012

Depuis la fin de la Guerre froide, on observe un développement et une augmentation des dispositifs transnationaux de lutte contre la criminalité, notamment le terrorisme ou la criminalité organisée. Nous nous intéresserons à une forme encore peu documentée de police transnationale, à savoir la participation policière aux opérations de paix des Nations Unies (UNPOL) et en particulier à la participation policière canadienne à la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH). Une revue de la littérature traitant de la police transnationale et des opérations internationales de paix révèle que la production de connaissances scientifiques sur la manière dont les policiers négocient leur mandat et « font la police », une fois déployés sur le terrain, reste extrêmement limitée.

Ce projet a alors pour objectif général d'étudier les savoirs faire et les connaissances mobilisés par les policiers sur le terrain des opérations en vue d'accomplir leur mandat dans le cadre de la MINUSTAH. Nous procéderons par une méthodologie qualitative hybride mêlant entrevues avec des policiers ayant participé à la MINUSTAH et observations de terrain, en Haïti. Ce projet permettra d'identifier les dynamiques de déclenchement de l'action policière dans le cadre des opérations de paix et, en cela, d'étendre la portée d'une sociologie policière, essentiellement développée dans le contexte domestique. Également, il permettra de générer des connaissances inédites en matière d'appréhension des problématiques de stabilisation post conflit, jusqu'ici envisagées quasi exclusivement sous l'angle de la composante militaire.