Pour un meilleur encadrement en formation à distance



Au Québec, depuis 1995, les inscriptions en formation à distance (FAD) ont plus que doublé et des milliers de personnes y ont recours pour parfaire leur formation, compléter des études, accéder à un meilleur diplôme ou se spécialiser dans un domaine précis.

En revanche, malgré la popularité de ce type d'enseignement, on constate des taux d'abandon très élevés.

Le succès des activités d'auto-apprentissage ne relève pas seulement de la qualité des supports techniques et du matériel pédagogique.

D'après une recherche dirigée par François Pettigrew, professeur à la Télé-université, menée en 2005 auprès d'étudiants inscrits dans trois cours en FAD au secondaire et au collégial, il y aurait lieu de revoir le dispositif d'encadrement offert aux étudiants, afin de favoriser une véritable relation pédagogique et donc une plus grande persévérance et réussite scolaires.

La présence en classe permet de développer des relations significatives avec des pairs et avec le professeur, mais l'étudiant en FAD a seulement accès au soutien de son tuteur responsable de l'accompagner. La recherche a ainsi constaté que le succès des activités d'auto-apprentissage ne relève pas seulement de la qualité des supports techniques et du matériel pédagogique, mais aussi de la qualité de l'encadrement offert.

En analysant la dynamique des interactions entre les concepteurs des cours, les tuteurs et les étudiants, les chercheurs estiment qu'une présence plus constante du tuteur permettrait de mieux répondre aux attentes des étudiants en FAD tout en respectant leur autonomie.